Hydroélectricité : Mise en œuvre opérationnelle de la centrale de Volobe reportée à 2025

Les représentants de la CGHV, reçus par le vice-président du Sénat, Imbiki Herilaza, pour discuter du projet de développement de la centrale hydroélectrique à Volobe.

L’Etat s’engage davantage à un partenariat gagnant-gagnant, pour le développement des sources d’énergies renouvelables, selon le vice-président du Sénat, Imbiky Herilaza. Cependant, pour le projet Volobe, un retard est enregistré au niveau des procédures.

7 800 MWh d’hydroélectricité. C’est le potentiel dont dispose Madagascar et sur lequel, l’Etat veut miser pour résoudre les problèmes d’accès à l’électricité. En effet, ce ne sont pas les opportunités qui manquent, compte tenu des 2 800 heures d’ensoleillement par an, traduisant une production possible de 1 500 KWh d’énergie solaire par mètre carré ; ou encore les 2 000 MW de potentiel en énergie éolienne dans le nord et dans le sud du pays. Parmi les projets ambitieux de production d’électricité figure le développement de l’aménagement hydroélectrique de Volobe, qui fait partie des projets prioritaires présidentiels d’envergure pour la transition du pays vers une énergie renouvelable et modulable. « Avec sa capacité de production de 750 GWh/an, environ 40 % de la production annuelle nationale, elle permettra l’accès à une électricité compétitive, fiable et en quantité, à près de deux millions de Malgaches. Par conséquent, ce projet soutiendra et deviendra le moteur de la croissance économique de l’île et en premier lieu du premier port de Madagascar, à Toamasina », ont communiqué les représentants du CGHV, dans le cadre d’une visite de courtoisie, auprès d’Imbiki Herilaza, vice-président du Sénat pour les provinces du nord de Madagascar, le vendredi 11 juin dernier.

Retard. A noter que CGHV (Compagnie Générale d’Hydroélectricité de Volobe) est un consortium d’entreprises actionnaires – composé de Jovena Madagascar, du groupe Axian SN Power, Africa 50 et Colas Madagascar – créée pour le développement du projet de Volobe. Selon ses représentants, les projets de l’accord de concession et du PPA sont prêts depuis 2020 mais la pandémie de Covid-19 a ralenti le processus de prise de décision. De ce fait, la mise en service opérationnelle de la centrale, prévue initialement en 2023, est désormais reportée à 2025. Comme motif, la CGHV a cité le faible progrès dans le processus pour la signature du Contrat de Concession et du Contrat d’Achat d’Électricité. Lors de la rencontre, le vice-président du Sénat a noté qu’il est convaincu par les valeurs ajoutées socio- économiques du projet, tout en soulignant l’importance d’un partenariat basé sur les intérêts mutuels de toutes les parties prenantes. « Pour assurer la viabilité d’un projet inclusif comme Volobe en amont, le respect de cet équilibre est crucial », a-t-il soutenu. Certes, promouvoir la transition énergétique répondant aux besoins de notre pays reste l’un des défis de l’Etat, en partenariat avec les parties prenantes. Selon la CGHV, la concrétisation du projet Volobe permettra à Madagascar de rentrer pleinement au cœur de la transition énergétique et s’appuie sur une ingénierie de pointe permettant d’atteindre un coût du kilowattheure compétitif et durable à Madagascar.

Antsa R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

5 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. Félicitations pour ce nouvelle centrale hydroélectrique très puissante et qui peut booster l’économie Malgache. Seulement, il faut très être prudent pour la rentabilité. J’espère que le cas d’Andekakeka ne se reproduira plus, ( la ZES de Toamasina destinée à acheter les produits du Central hydroélectrique d’Andekaleka n’a pas vu le jour jusqu’aujourd’hui. C’était une perte catastrophique pour la JIRAMA).
    2. Est ce que le Ministère de l’Amenagement a participé à ce projet ? Dès sa conception ?
    C’est aussi notre erreur d’antan, on a jamais voulu intégrer l’aménagement du territoire dans le développement de l’énergie, or l’efficacité et la pertinence de ce projet reposent sur les grandes orientations du schéma d’aménagement. Par exemple, le MATP envisage de créer une ZES à Moramanga. Led grandes orientations du Schéma de développement de la Région Métropolitaine d’Antananarivo envisage d’implanter des zones industrielles du côté d’Andramasina et Arivonimamo. Est-ce que tout ça ont été pris en compte lors du calcul de la rentabilité.? La nouvelle ville à Arivonimamo ? Moi personnellement j’ai confiance en nos experts. Mais la confiance n’exclut pas le contrôle
    En tout cas toutes mes félicitations au Gouvernement, à la JIRAMA, et CGHV. C’est un grand pas pour le développement économique de Mada.
    En ce qui concerne le report, je ne partage pas l’avis de monsieur Jean RAVALO, avec tout le respect que je lui dois. Notre problème c’est toujours dans la rédaction du contrat. Regarde ce que nous avons signé avec SHERRIT. Il faut bien voir les avantages du pays à court , et à moyen , à long terme mais pas les avantages des dirigeants !!!!!!, attention les gars.
    Il faut maîtriser les facteurs exogènes sui pourraient avoir un impact considérable sur la production de cette. Nous devons faire face aux enjeux du changement climatique, et il faut tout projeter ça à long terme avant de signer tout contrat.
    Merci

  2. Avec le changement climatique et la déforestation, les projets hydroélectriques sont menacés. La Banque mondiale s’est retirée de tels projets depuis deux décennies. Attention aux mauvaises surprises. Du coté de Farantsana, TG voit Ikopa se tarir !

  3. Lorsque le barrage de Volobe sera enfin signé Madagascar aura pris la voie pour sortir le port de Tamatave du sous développement. Pas moins de 15 ans de persévérance pour porter un tel projet!!…le privé est consistant dans ses engagements de développement du pays. Bravo Axian.

  4. L’orientation vers la privatisation, …. concessionnaire d’un grand projet, infrastructure : autoroute, énergie, est toujours bénéfique pour le consommateur (qualité, prix, ….)
    .
    Le concessionnaire a des objectifs très précis: que ça fonctionne et ça rapporte des bénéfices, d’où une gestion totalement différente et efficace.
    Comparer les entreprises dirigées pas un fonctionnaire d’état par rapport à une entreprise privée.

  5. 2025……….Champion du monde des reports et promesses non tenues ce pays !
    et le gouffre financier Jirama lui tiendra ces engagements lol

Poster un commentaire