Monde du travail : Le Fisema réclame plus de justice sociale

Les syndicalistes du Fisema crient à l’injustice sociale.

Les syndicalistes du “Firaisan’ny Sendikan’ny Mpiasa eto Madagasikara” (Fisema) montent au créneau. Dans une déclaration publiée hier, la Confédération générale des syndicats des travailleurs de Madagascar réclame plus de justice sociale.

 

Tout en constatant l’existence d’infrastructures « manarapenitra » construites par l’Etat, le Fisema déplore, par ailleurs, que les conditions de travail de la grande majorité des travailleurs malgaches sont loin d’être aux normes.

Urgent

Une manière pour les travailleurs affiliés à la Fisema de faire entendre qu’il est maintenant urgent de stopper la dégradation des conditions de vie. « Le pouvoir d’achat de la majorité de la population ne cesse de se dégrader et les revenus arrivent à peine à couvrir les besoins essentiels comme l’habillement, la santé et l’éducation », déclare le Fisema. Ce syndicat constate par ailleurs « une augmentation inquiétante du nombre de travailleurs qui ne perçoivent plus de salaires, même ceux du secteur public comme les universités, les communes, ou encore les enseignants Fram. D’autre part, beaucoup de retraités ne jouissent plus de leur pension. »

Discernement

La situation actuelle amène les syndicalistes du Fisema à se demander si les autorités font ou non preuve de discernement dans l’utilisation des ressources publiques disponibles. Pour le groupement, il est plus que jamais indispensable de prioriser les intérêts des travailleurs pour qu’il y ait véritablement plus de justice sociale. À cet effet, le Fisema fait référence à la déclaration des délégués gouvernementaux, employeurs et travailleurs de 49 pays africains, qui s’étaient réunis à l’occasion de la quatorzième réunion régionale africaine de l’Organisation Internationale du Travail sur la justice sociale, qui s’est tenue à Abidjan (Côte d’Ivoire) du 3 au 6 décembre 2019. Une déclaration qui livre les détails d’un traitement juste des travailleurs pour qu’il y ait réellement plus de justice sociale. Par ailleurs, le Fisema estime que l’Etat doit prioriser la préservation des emplois existants et la création de nouveaux emplois. La protection sociale des travailleurs est considérée comme la priorité des priorités par les syndicalistes du Fisema qui prônent la reprise des négociations tripartites, Etat – secteur privé – employés.

R.Edmond.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.