Propriété foncière : Reconstruction des documents détériorés et inexploitables

L’Administration foncière avance vers la dématérialisation pour sécuriser les documents fonciers et topographiques et améliorer les services pour les usagers.

La Proposition de loi relative à la procédure de reconstruction des documents fonciers et topographiques a été adoptée par le Parlement. Cette loi sera mise en vigueur, dès sa promulgation, selon le ministère de l’Aménagement et des Travaux Publics (MATP).

Les termes « boky rovitra » et « saritany rovitra » sont devenus très courants dans le domaine de la propriété foncière. Un problème qui favorise parfois l’escroquerie et les litiges. Pour le MATP, la solution est déjà en vue et sera bientôt mise en œuvre, suite à l’adoption par le Parlement de la proposition de loi N°004-2020 relative à la procédure de reconstitution des documents fonciers et topographiques. « Les dispositions de cette proposition de loi sont le fruit des réflexions menées au niveau du Comité de Révision des Textes sur le Foncier lequel s’est penché à l’examen de de la résolution d’une problématique touchant particulièrement l’Administration foncière dans le cadre de la pérennisation de la réforme foncière à Madagascar, puis examinées au niveau de la Commission de la Réforme sur les Droits des Affaires (CRDA) avant d’être considérées dans sa version actuelle adoptée au niveau des deux chambres Parlementaires », a indiqué le MATP.

Mutation. D’après les explications, l’Administration Foncière est handicapée dans la réalisation de sa mission de conservation des documents fonciers et topographiques avec le phénomène communément appelé « boky rovitra » et « saritany rovitra » et ne pouvant plus transcrire des mutations à la demande des usagers concernés. Il s’agit entre autres de la perte ou de la détérioration, rendant inexploitables des documents fonciers ou topographiques au niveau même des différents services de l’Administration foncière. Cette situation pénalise les usagers qui ne sont plus en mesure d’apporter les preuves de leurs droits sur un immeuble ni d’exploiter économiquement leurs propriétés. La solution préconisée dans cette proposition de loi est une procédure spéciale de reconstitution de ces documents fonciers et topographiques. « Dans l’esprit dont elle procède, la reconstitution prévue, quel que soit l’état du document, ne peut se faire que suivant une procédure judiciaire devant le tribunal civil. Elle peut être engagée à l’initiative du Conservateur ou d’un particulier justifiant d’un intérêt. Étant spéciale, cette procédure est caractérisée par la célérité, la gratuité et la publicité. La célérité est de mise tant en première instance qu’en appel et en cassation, les délais de traitement étant réduits. Dans un souci de recherche de la vérité, des formalités de publicité sont également prévues afin que tout intéressé puisse témoigner ou faire valoir ses droits concernant la reconstitution. La gratuité s’explique par le fait que l’Administration a pour mission la bonne conservation et la sauvegarde des documents fonciers et topographiques » », a communiqué le MATP.

Financé par l’Etat. La responsabilité de la détérioration ou de la perte de ces documents, incombe en majeure partie aux services concernés. Cette responsabilité de l’Administration justifie ainsi la prise en charge par l’Etat des coûts occasionnés par la procédure de reconstitution. Il revient à l’Etat de mettre en œuvre les mesures financières nécessaires à cette fin. Dans cette optique de responsabiliser l’Administration, des dispositions ont été également prévues concernant la responsabilité des agents des services fonciers et de toute autre personne qui pourraient être poursuivis pour une nouvelle catégorie d’infractions. Par ailleurs, l’Administration foncière prévoit la numérisation des informations, afin de prévenir les cas de détérioration des documents fonciers et topographiques.

Antsa R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire