Filière bois ordinaire : Mise en place du Groupement des Exploitants Forestiers de Madagascar

Lors d’une Assemblée générale réunissant tous les acteurs de la filière bois ordinaire hier à Ambodivona. (Photo : Kelly R.)

Cette nouvelle structure est composée d’un président, d’un vice-président, d’un secrétaire général, d’un trésorier et de vingt conseillers, représentant toutes les activités au niveau de la chaîne de valeur bois ordinaire.

De nombreux acteurs œuvrant dans la filière bois ordinaire ont tenu hier une Assemblée générale à Ambodivona, face au problème qu’ils ont rencontré suite à la disposition prise par l’Etat de suspendre toute nouvelle coupe de bois. Le Groupement des Exploitants Forestiers de Madagascar  vient ainsi d’être mis en place. « Cette nouvelle structure formelle servira d’interlocuteur représentant les acteurs de la filière pour défendre leurs intérêts auprès de l’Etat. Ces acteurs sont notamment des bûcherons, des collecteurs, des exploitants, des transporteurs, des opérateurs et des transformateurs de bois ainsi que des dockers, des commerçants de bois et des fabricants de meubles. Nous comptons des milliers d’acteurs, qui font vivre plusieurs milliers de personnes », a déclaré Rijasoa Andriamaharitsimba, le nouveau président de ce groupement.

Au chômage. Il est à noter que ces différents acteurs ne cessent de réclamer la délivrance de nouveaux permis de coupe de bois ordinaire, si cela a été suspendu par l’Etat depuis 2019. « C’est notre gagne-pain quotidien. De nombreuses personnes seront au chômage si aucune mesure n’est prise d’ici peu. Et au contraire, cette situation ne fait que favoriser l’exploitation illicite de bois ordinaire. En revenant sur les dispositions prises par le ministère de tutelle d’autoriser l’évacuation des stocks de bois restants, à notre avis, cela ne servira plus à rien. En effet, le bois ordinaire laissé en stock pendant plus de trois mois, perd de sa valeur. Il devient ainsi inexploitable », a-t-il réitéré. Ces stocks ne pourront être utilisés que pour fabriquer du charbon de bois, selon certains acteurs ayant participé à l’assemblée générale d’hier. D’autres se plaignent du problème de remboursement de leur crédit bancaire, suite à la suspension de leurs activités par l’Etat.

Protection des ressources forestières. Par ailleurs, le président du Groupement des Exploitants Forestiers de Madagascar a soulevé que les acteurs formels de la filière bois ordinaire contribuent activement à la protection des ressources forestières étant donné qu’il s’agit de leurs zones d’exploitation. « Nous ne coupons que le bois ayant la taille marchande, soit des arbres de grande taille. Les techniciens forestiers peuvent nous contrôler. Nous travaillons d’ailleurs en collaboration avec les communautés locales de base et le ministère de tutelle, pour lutter contre les feux de brousse et la déforestation. En outre, nous ne nous immisçons pas dans l’enceinte des aires protégées étant donné que les zones d’exploitation qui sont réservées aux acteurs de la filière bois ordinaire formels ayant obtenu un permis de coupe, sont déjà délimitées par l’Etat », d’après toujours ses dires.

Navalona R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire