Loi de finances initiale 2022 : Adoptée avec amendements en commission plénière

La LFI 2022 passera en séance plénière ce jour à Tsimbazaza.

Une étape de franchie pour le processus d’adoption de la loi de finances initiale 2022. Les députés membres de la commission ont adopté, hier en commission plénière, la LFI. Et ce avec deux amendements. L’un sur les recettes et l’autre sur les dépenses.

 En matière de recettes, tout d’abord, la commission des finances a décidé de porter à 10% les droits de douanes sur les bondillons contre les 20% proposés par les rédacteurs de la LFI. 

Produits semi-finis

Selon le Président de la commission des finances Doda Andriamiasasoa, cette décision a été prise car les bondillons sont considérés comme des produits semi-finis au regard de la loi 2017-047 sur le développement de l’industrie. Il a, par ailleurs, expliqué que « l’objectif est également de préserver le pouvoir d’achat de la frange de la population qui ne peut plus s’acheter de savons, dont les prix sont de plus en plus hors de portée ». Une manière de soutenir que les savons produits à partir de bondillons ne sont plus accessibles à la population. On rappelle que la question des droits de douanes sur les bondillons a fait, depuis des années, l’objet d’une guerre ouverte entre les industriels locaux du savon et les importateurs de bondillons. Pour les producteurs locaux, la réduction des droits de douanes sur les bondillons est antiéconomique dans la mesure où cela donne des avantages aux importateurs qui concurrencent l’industrie locale. Récemment le Syndicat des Industries de Madagascar (SIM) a réitéré son opposition à la baisse des droits de douanes sur les bondillons. Les producteurs de savon à partir de copeaux saponifiables militent quant à eux pour cette taxation raisonnable dans la mesure où selon eux, leurs produits sont plus accessibles et contribuent ainsi à la préservation du pouvoir d’achat du plus grand nombre.

Transfert 

Pour en revenir à l’adoption de la loi de finances initiale, les membres de la commission des finances ont également apporté un amendement concernant les dépenses. Et ce, en décidant de retirer le transfert de 200 millions d’ariary sur le DTS au profit du gouvernement. En tout cas, avec ces deux amendements, la commission des finances a donc adopté la LFI 2022. On rappelle que cette LFI a été déposée à l’Assemblée nationale le 29 octobre dernier, c’est-à-dire en respectant le délai constitutionnel. Elle a été programmée à l’ordre du jour de l’Assemblée nationale, pour la deuxième quinzaine du mois. « Il n’y a pas eu retard car nous avons eu le temps d’examiner cette loi de finances initiale », a expliqué Doda Andriamiasasoa. La LFI sera présentée ce jour en séance plénière pour être votée, avant d’être expédiée auprès des sénateurs qui auront aussi leur mot à dire.

R.Edmond.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire