Cambriolage à Befelatanana : Deux agents de la police des marchés à Tsiafahy

Jacaranda

Les bandits ont ouvert le feu contre la voiture qui sert de transport de fonds. Ils se sont emparés du salaire des employés.

La nouvelle a passé presque inaperçue, tellement les yeux étaient braqués vers les actualités sur le second tour de l’élection présidentielle. Fin décembre, une voiture qui sert de transport de fonds, venant du Trésor Public, a été arrêtée à hauteur de Mahamasina. A bord de la voiture se trouvait deux personnes dont le comptable de l’établissement. A peine, 200 mètres de l’entrée à l’hôpital de Befelatanana, au moins deux hommes cagoulés et armés de pistolet automatique apparaissent soudainement. Ils ont ouvert le feu contre la voiture, obligeant ainsi le conducteur d’appuyer sur le frein, tellement les bandits n’avaient pas l’air de plaisanter. En deux temps et trois mouvements, l’opération a été faite. Ils, les bandits, ont pu délester le pactole d’environ 40 millions d’ariary. Une somme qui est destinée à la rémunération du salaire des employés de l’établissement de santé concerné. Coup dur pour la plupart des salariés, puisqu’ils ont vu privé temporairement de leur salaire, à la veille de la fête de fin d’année. Une enquête a été ouverte par la brigade criminelle. Quelques jours plus tard, des témoins oculaires ont indiqué deux personnes qu’ils confirment être les auteurs de l’acte. Ces derniers sont des agents de la police des marchés, a-t-on appris de sources concordantes. L’information a d’ailleurs été confirmée par la police criminelle. Une troisième personne, le comptable s’ajoute dans la courte liste des présumés interpellés par les limiers de la brigade criminelle. Ces trois individus ont été déférés devant le juge d’instruction avant que ce dernier ne décide leurs placements sous mandat de dépôt à la maison de force de Tsiafahy. Ils y croupiront en attendant leur procès. La manière dont l’opération s’était déroulée laisse penser à un acte bien organisé. C’est sous cet angle d’ailleurs que les limiers auraient décelé une certaine complicité avec un employé de l’hôpital. Vol à main armée et complicité de vol à main armée, ce sont les charges retenues contre les trois personnes.

Didi R.

Blueline Air Fiber

Share This Post