Kidnapping : Djaffar Younouss devant le barreau

Jacaranda

Début du procès du tristement célèbre Djaffar Younouss, hier, au tribunal correctionnel. Il a comparu et pour la première fois depuis son incarcération pour des affaires de kidnappings. La première concerne l’enlèvement en 2010 d’un ressortissant indo-pakistanais, le patron d’un commerce de pièces automobiles à Tsaralalàna. La seconde victime a été la fille d’un richissime opérateur dans la capitale. Elle a été enlevée avec force à la sortie d’un grand hôtel à Anosy. Ces deux actes ont valu des pactoles pour les membres de l’équipe dont Djaffar est la tête pensante et non moins le patron. Sur les 34 personnes appelées, 18 ont répondu présentes hier pendant le procès. La séance continue ce-jour et au menu la série de questions du parquet suivie de la plaidoirie des avocats. Djaffar a été arrêté à Soavimbahoaka en juillet 2012. Sa traque  a necessité plusieurs années pour les forces de l’ordre, tellement l’homme est un corrupteur de premier ordre. Une mise à prix de sa tête pour plusieurs millions d’ariary n’avait rien donné. A son arrestation en juillet 2012, plusieurs armes de guerre dont des kalachnikovs avec des centaines de projectiles ont été découvertes dans sa maison, ou plutôt dans un palace qu’il a loué à Soavimbahoaka. Des enquêtes poussées ont montré qu’un militaire connu sous le nom de Rakom est le fournisseur d’armes de Djaffar et compagnie. Ce dernier est toujours en cavale. Deuxième jour de procès, aujourd’hui, pour l’homme qui a fait couler beaucoup d’encre en matière de kidnapping.

D.R

Blueline Air Fiber

Share This Post