Ambositra – Attaque à main armée : Le correspondant de Midi blessé par balle et dévalisé



Jacaranda
Un acte de vandalisme. Ils ont brisé l’écran du poste de télévision.
Un acte de vandalisme. Ils ont brisé l’écran du poste de télévision.

Les bandits ont emporté tous ses instruments de travail, appareil photo, dicta phone et des documents. Vendredi vers 23 heures et quelques minutes, la maison d’habitation d’Anastase, le correspondant de Midi Madagasikara qui habite à Marovahitra Ambositra, a été la cible des bandits armés de fusil de guerre. Selon la victime, les assaillants étaient au nombre de dix. Bilan, notre confrère est blessé par balle au niveau de sa jambe gauche. Heureusement, le projectile n’a touché ni l’os ni un organe vital. En outre, les assaillants ont jeté sur son visage un lourd caillasse occasionnant deux balafres sous son œil gauche. Deux blessures qui lui ont occasionné deux jours d’hospitalisation dans l’Hôpital Be de la capitale d’Amoron’i Mania. Il a perdu beaucoup de sang sans toutefois perdre connaissance, selon ses dires. Les forces de l’ordre arrivées sur le lieu et conscientes ont vite fait de le transporter d’urgence. Dimanche, vers 10 heures 30, il a pu rejoindre son chez lui tout en boitillant.

Des coups de sifflets. La nuit du cambriolage, ils étaient trois dans la maison. Ils ont entendu des bruits étranges au niveau du grand portail du côté de la Route Nationale. Leur petit chien commence à aboyer sans discontinue. Et conscientes de ce qui se passe, sa femme et une autre personne faisaient entendre leurs sifflets. Mais comme la maison se trouve dans un endroit très isolé, personne n’a rien entendu. Au grand bonheur des brigands qui ont fini de s’introduire dans la maison après avoir fracassé une porte menant directement dans la petite épicerie tenue par la femme d’Anastase. Les cambrioleurs ont tout de suite demandé l’argent. Et sans attendre la réponse, ils se sont servi en emportant la somme de 200 000 ariary, des cartes de crédits et d’autres marchandises. Et c’est après avoir pris les biens d’autrui que les bandits menaçaient le propriétaire de la maison lui intimant l’ordre de prendre place sur un fauteuil. Ce dernier, selon ses dires n’a pas réagi restant débout sur place. Et ce n’est à cet instant précis que le coup de feu est parti l’atteignant à la jambe. L’étui découvert sur place par les gendarmes indique que l’arme utilisée est un MAS 36.

Après cela, les malfaiteurs ont quitté le lieu. Un laps de temps qui a permis à la victime d’alerter le responsable de gendarmerie par son portable. Mais quelques minutes après, les brigands revenaient. Croyant que ces derniers allaient lui régler son compte, Anastase attendait. Seulement, les brigands ont tout bonnement demandé de leur remettre le téléphone. Et après l’avoir eu, ils sont partis pour de bon. Arrivés sur le lieu, les forces de l’ordre n’ont fait que le constat. Une enquête est actuellement ouverte

r.s.

Share This Post