Grand ménage à Analakely : Plus d’une dizaine d’arrestations !



Jacaranda

AVENUELes vendredis magnifiques à Analakely et ses environs sont désormais à oublier, car la loi l’interdit. « Plus de désordre, tout doit retourner à l’ordre », dixit le Commissaire Central de la Police, Alain Rafalimanana, Commandant du Corps Urbain. Ainsi, les éléments du commissariat central, accompagnés de ceux de l’Unité d’Intervention Rapide ont fait le grand ménage dans le 1er Arrondissement, surtout à Analakely et ses environs, depuis le vendredi, puis samedi dernier, à partir de 20h et 30 minutes jusqu’après minuit. Résultats : plus d’une dizaine de personnes arrêtées pour tapage, atteinte à la propreté et à l’ordre public, alcoolisme, et surtout, absence de carte d’identité nationale. Mais il n’y a pas que cela, tous les étalages qui contenaient des produits alcoolisés ont été versés sans conditions, laissant ainsi des débris de verres un peu partout à cause des verres et bouteilles de boissons alcoolisés cassés. Même la plupart des véhicules des particuliers qui ont été garés un peu partout sur la grande avenue de l’Indépendance ont été fouillés. Ce qui faisait le malheur de leurs occupants ou propriétaires qui ont été obligés d’abandonner tout de suite leurs ambiances, étant donné qu’ils ont tous été expulsés des lieux. Par ailleurs, la chasse aux prostitués a continué, obligeant ces derniers à se cacher un peu partout dans les ruelles.

Trois étapes. En fait, trois véhicules des forces de l’ordre pleins d’hommes armées dont certains étaient cagoulés, ont sillonné les lieux pendant ces deux jours, toujours aux heures indiquées. La mission comportait trois étapes, dont la première (vers 20h 30mn) a été l’éducation et la sensibilisation avec l’aide des présidents de fokontany dudit arrondissement, pendant laquelle l’on sollicitait tous les noctambules de quitter les lieux. Pour la 2e étape (vers 23 heures), ce fut la répression phase 1 qui donnait l’occasion aux forces de l’ordre d’appréhender ceux qui ont été considérés comme menace contre l’ordre publique. Et la 3e étape était les actions policières proprement dites ou la répression phase 2, qui ne se terminait qu’après minuit. Les éléments de la police n’ont pas hésité à courir après des civils qui ont été considérés comme des menaces contre la sécurité publique, et certains vendeurs de produits alcooliques un peu trop têtus. Ainsi, ceux qui ont subi les arrestations ont été tout de suite amenés au commissariat central de Tsaralalàna, et au poste du 1er arrondissement Analakely.

Surpris et mécontents. Malgré les avertissements lancés, certains des noctambules ont affirmé avoir été très surpris de l’existence de telles opérations, et n’ont pas hésité à afficher leur mécontentement. «C’est très injuste. Pendant toute la semaine, on a durement travaillé. Et quand on s’offre une petite occasion de nous détendre entre amis et en famille, on nous chasse d’ici alors que chacun sait que c’est ici le meilleur endroit qui peut nous permettre d’avoir une bonne ambiance», regrette l’un des occupants d’Analakely. Et d’autres affirment : «Au lieu de nous chasser d’ici, ils devront plutôt s’occuper des bandits ailleurs car nous sommes des gens normaux qui cherchent un peu d’ambiance pour oublier la dure semaine que nous avons eu ». Malgré tout, il faut avouer qu’à Analakely, une organisation s’impose depuis un certain temps à cause de tous ces tapages. Cependant, aucune résistance n’a été constatée au premier jour de l’opération, et il n’a pas fallu deux heures pour que tout le monde ait quitté les lieux. Selon les explications, ces opérations vont toujours avoir lieu à chaque vendredi et samedi.

Arnaud R.

Share This Post