Iles éparses : Cinq navires malgaches interceptés pour pêche illégale



Jacaranda

Cinq navires malgaches ont été interceptés pour pêche illégale autour des Iles éparses par la frégate de surveillance le Nivôse des Forces armées françaises, selon le JIR dans sa livraison d’hier.  Déployée depuis le 6 mars 2014 en mission de surveillance maritime dans les eaux des Terres australes et antarctiques françaises (TAAF), la frégate est intervenue pour mettre un coup d’arrêt à des actions de pêche illégale autour des îles Eparses du canal du Mozambique, formant le 5e district des TAAF.

Bien que la pêche y soit strictement réglementée, selon toujours le journal, de plus en plus de pêcheurs en provenance de Madagascar sont signalés par les gendarmes en poste sur ces îles. Les pêcheurs sont à la recherche d’holothuries, aussi appelées concombres de mer, très prisées sur le marché asiatique. Cet animal contribue à l’équilibre écologique des lagons et à l’oxygénation des océans. Sa disparition par action de pêche massive provoquerait un préjudice irréversible. Le samedi 29 mars au matin, à quelques milles de l’île française de Juan de Nova, la frégate « Nivôse » a déployé ses trois embarcations rapides et son hélicoptère de type « Panther » dans le cadre d’une opération de police d’envergure. Cette action aéro-maritime a permis l’interception de cinq navires présents illicitement dans le lagon. Pendant l’opération, deux voiliers ont tenté de fuir mais se sont vus barrer le chemin par la frégate. Les visites des cinq navires de pêches provenant de Mahajanga (Madagascar) qui transportaient 112 personnes, ont permis de saisir une tonne d’holothuries. Après rédaction des procès verbaux, les navires ont été sommés de quitter la mer territoriale française.

Les îles Éparses de l’Océan Indien sont des petites îles situées autour de Madagascar. On distingue généralement cinq entités au sein de cet ensemble éclaté : l’île Europa, Bassas da India, l’île Juan de Nova, les îles Glorieuses, composées par l’île Grande Glorieuse et l’île du Lys, et enfin l’île Tromelin, cette dernière étant la seule située hors du canal de Mozambique.

Source JIR

Share This Post