Ministre de la Défense – « Coup d’arrêt : les militaires n’interviennent qu’en dernier lieu »

Il y a un degré à respecter dans les phases d’intervention. Pour le moment, la mission appartient à la gendarmerie puisqu’il s’agit d’un maintien de l’ordre. Les textes qui nous régissent sont d’ailleurs clairs que nous n’intervenons qu’à une situation d’exception notamment pour une mission de rétablissement de l’ordre, et ce, après que la loi martiale ait été décrétée. Cette explication vient du ministre de la Défense qui a tenu sa première conférence de presse hier. Une première apparition médiatique dont le Général de Division Rakotozafy Dominique a profité pour éclairer certains points incompris par les observateurs dont l’abandon du sigle MFA (Ministère des Forces Armées) et l’adoption de la nouvelle appellation MDN (Ministère de la Défense Nationale). Il devait expliquer cette nouvelle dénomination en soulignant sur certains points. « Le département des Forces Armées se limitait à la formation après le recrutement, à l’équipement et à l’organisation des missions à accomplir. Le Ministère de la Défense Nationale, pour sa part, s’occupe de la défense au sens large du terme. La défense économique, environnementale, sociale et tout ce qui pourrait-être défense sera englobée et traitée au niveau de mon ministère » a-t-il précisé. Tout cela nécessite que la défense soit un concept bien établi et accepté par tous, y compris les civils. En réalité, ce concept, pour le cas de Madagascar, semble déjà dépassé par le temps. Il date de 1975 alors que la réalité a beaucoup changé depuis. On parle de menace asymétrique actuellement et la mission de la défense devrait tourner autour. Aussi, la mise en place prochaine du Haut Conseil de la Défense s’inscrit-t-il elle parmi les défis du ministère. « Nous sommes en train de réfléchir sur les éventuels membres », a déclaré le ministre. Cette conférence de presse d’hier a été précédée par la signature d’une convention entre le ministère de la Défense nationale, le Bianco et le ministère de la Fonction publique concernant la lutte contre la corruption. La volonté d’en finir avec la corruption a été, bien entendu, exprimée par les signataires.

Didi R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication