Arrêté par la BC : Sôla a au compteur douze kidnappings !

Jacaranda
Sôla et les matériels roulants qui l’ont servi pour ses méfaits.
Sôla et les matériels roulants qui l’ont servi pour ses méfaits.

Ses principales cibles sont les de ressortissants indopakistanais, parfois des proprios d’entreprises. Il est l’instigateur de plusieurs actes d’enlèvements et de séquestrations de personnes dont la plupart se sont tenus dans la capitale. La brigade a signé la fin de parcours pour Sôla avec son arrestation dans l’Ifanadiana. Sa voiture de marque Renault 21, ses deux motos cross et même le sac qui lui servait pour les transactions ont été saisis dans la foulée. « Sôla a avoué ses méfaits durant l’enquête préliminaire. Il compte à ses actifs douze kidnappings et la moitié de ses victimes étaient des karàna » a expliqué le responsable de la brigade criminelle. Sôla a commencé à faire des actes pareils en 2010 et était déjà parmi les bandits tristement célèbres dont Djaffar Younouss. Pour ce faire, le mode opératoire reste le même : une équipe s’assure de tous les renseignements nécessaires allant du lieu de travail au domicile de la victime. Une fois que l’information est sûre, une autre équipe entre en jeu pour accomplir l’enlèvement. Les bandits utilisent la voiture même de la victime pour le transport. A un endroit bien déterminé et à l’abri des yeux, une autre voiture (la R21 de couleur grenat) est déjà prête pour les emmener jusqu’à la cachette. L’enlèvement est si bien organisé et ne laisse aucune trace aux enquêteurs. Les proches des victimes sont d’ailleurs réticents à coopérer avec la police et cette situation rend encore plus difficile les investigations. Tout cela n’a pas empêché les limiers d’utiliser leur instinct qui ont finalement mené vers l’arrestation de Sôla et de ses compères. Le propriétaire de la maison à Ambohijanahary-Antehiroka, la cachette, a également été traduit devant la justice pour complicité et rétention d’information. Sôla a indiqué durant son enquête qu’il ramasse au moins 80 millions d’ariary par kidnapping accompli. Il peut faire une surenchère selon la situation et la mise pourrait atteindre jusqu’à huit chiffres. Selon toujours la police criminelle, les kidnappeurs se connaissent et parfois ils se relient entre eux pour faciliter l’affaire. Ainsi, lorsque Djaffar a été arrêté en 2013, Sôla a pris la relève en recrutant son équipe. Même topo pour un autre chef de gang du nom de Voay qui est très proche de l’équipe de Sôla.

Didi R.

Share This Post