Fort-Dauphin : 40 kg d’ossements humains découverts chez une femme

Une femme de 53 ans, dénommée Armandine, a été prise en flagrant délit de détention d’ossements humains de 40 kg le 7 janvier dernier à Fort-Dauphin, chez elle à Ampamakiambato, selon l’officier de service de la gendarmerie. Son arrestation a pu se faire grâce à la coopération de la population locale qui a rapporté l’affaire auprès de la section criminelle. Une source digne de foi a informé la gendarmerie sur les actes suspects entrepris par cette dame dont le trafic d’ossements humains et le trafic de personnes. Lors de l’enquête, Armandine a expliqué qu’elle n’a ni acheté ni vendu ces ossements humains, selon toujours l’officier de service. Ces ossements lui ont été remis et qu’elle devrait les remettre à son tour à une tierce personne. Concernant le trafic de personnes, elle l’a nié en bloc, selon toujours notre source. Pour les enquêteurs, le fait qu’elle soit une femme seule, sans emploi et disposant d’une villa, deux voitures 4×4 et une Renault, reste flou et pourrait l’impliquer dans une affaire louche. Notons que la femme en question est une récidiviste. Elle a été emprisonnée deux fois. Pour la première fois, c’était dû à un vol de scooter. Pour la seconde fois, elle a été prise dans une affaire de trafic de tortues. Et pas plus tard que le 24 décembre dernier, elle a été pénalisée d’une amende pour le trafic d’une quantité non définie de corail noir. Son déférement au parquet aura lieu lundi et son cas a vu la descente du procureur auprès de la gendarmerie.

Autres informations. De sources concordantes, cette femme disposerait d’une partenaire, une jeune dame qui l’accompagne dans toutes ses opérations. Il y a un mois passé, elles ont fait appel aux services d’un chauffeur de taxi pour le transport de lourdes valises partant d’Ambinanikely vers Antaninarenina. Le contenu de la valise n’était pas visible, par contre, selon ce chauffeur, la valise en soi était si lourde et qu’Armandine n’a pas suivi directement le convoi. « L’acte est suspect du fait qu’elle n’est pas entrée dans le taxi pour suivre le convoi. C’est sa partenaire qui est venue avec moi dans la voiture et elle nous a suivis derrière en scooter. Durant cette journée, elles m’ont appelé deux fois qu’il m’est arrivé de leur demander qu’est-ce qu’elles ont dedans, mais elles n’ont pas répondu. En tout cas, après ce qu’il y a eu ce jour (ndlr : samedi dernier) je crois qu’il s’agissait donc d’ossements humains » a-t-il expliqué. Pour les informations concernant l’enquête, et selon plusieurs témoignages, ces ossements auraient été déterrés du côté d’Evatraha et de Mahatalaky. Et s’il n’y aurait pas de réclamation, la gendarmerie se chargerait de son enterrement au cimetière de Fort-Dauphin. Quant à la personne qu’Armandine prévoit de « vendre » malgré le fait qu’elle renie le trafic de personnes, elle aurait 20 ans selon un haut responsable. A part ces deux accusations, pour cette fois, il semblerait qu’elle aurait aussi avec elle une quantité de cannabis.

Prisca R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication