Incendie : 220 cases réduites en cendres 1 000 personnes sans-abri

INCENDIEUn départ de feu est annoncé à 13 heures. Dame pluie a assuré le déblaiement à 19 heures. Entre temps, 220 cases sont réduites en cendres dimanche après-midi à Tamatave. Une maison à étages construite avec des matériels locaux a causé l’incendie dans le quartier de Morarano Ambalakisoa parcelle 21/15 carreau 6. Selon les témoins, la famille a laissé traîner les bois de cuisson, alors qu’elle a déjà fini de prendre le déjeuner. Cette partie du quartier est plus connue dans la vente de bois de construction et d’autres matériels de construction de maison, de type local. D’ailleurs, toutes les constructions consumées par le feu sont toutes faites avec les mêmes matériels dégagés pour prendre la flamme. C’est ainsi que 55 porcs se sont fait griller sans compter les autres animaux domestiques. L’incendie de ces 220 maisons traditionnelles a provoqué plus de 1 000 personnes sans-abri. Parmi eux, sept personnes se sont fait brûler au premier degré en voulant récupérer quelques mobiliers et/ou effets personnels de grande valeur. Ceci malgré le fait que les voisins aient participé à l’évacuation et en arrosant quelques maisons avec de l’eau dans des seaux. Les trois voitures des sapeurs ont eu du mal à maîtriser le feu. Celle du port de Toamasina est la première à être sur les lieux. Suivi de celle de la commune urbaine de Toamasina. Cette dernière a eu du mal à parcourir le trajet faute d’un pneu crevé depuis un certain temps. L’engin est obligé de rouler lentement pour éviter le ballotage des 3 000 litres d’eau à son bord. La voiture de secours de la société minière Ambatovy a mis du temps pour être sur le lieu. L’autorisation de sortie du véhicule de la section sapeur-pompier est très lourde et très longue surtout pour un week-end. Ce deuxième incendie sur le lieu est très significatif. Il est même classé parmi les grands incendies ravageant des quartiers du Grand Port. Ceci après l’incendie du « Bazary kely » et « Bazary Ankirihiry ».

Jean – Claude STEVE

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication