Ampasanimalo : Trois hommes abattus par la police


Jacaranda

Une course poursuite entre les Forces de l’ordre et quatre suspects a fini dans un bain de sang, hier. Trois personnes ont été abattues par la police, du côté d’Ampasanimalo sur la route de l’université. Une quatrième, une femme d’une trentaine d’années, a été interpellée.

Un vent de panique a soufflé dans le quartier d’Ampasanimalo, hier au milieu de la journée. Une démonstration de force par des éléments de la police, suivi de coups de feu qui ont ébranlé les riverains. D’après le récit d’un petit marchand du quartier, témoin de la scène sur place, tout s’est passé vers midi. « Une escouade des éléments de Force de l’ordre, à bord d’un pick-up vert de la police arrivait dans le quartier. Ils prenaient en filature des individus en fuite, venant du côté du Mausolée » selon les informations recueillies sur place. Avant de continuer que « ces derniers ont été appréhendés, une fois arrivée à la hauteur d’un grand magasin du quartier. Là, nous ne savons plus ce qui s’est produit réellement. Des tirs venant de ceux à bord du véhicule tout-terrain, ont été entendus. Nous avons vu trois individus sans vie gisant dans une mare de sang au milieu de la chaussée. Dans un temps record, les policiers ont fait monter les corps dans leur véhicule et ont vidé le lieu» ajoute-t-il.

Coup de filet. La police n’a pas attendu longtemps pour diffuser la nouvelle. Selon un communiqué, c’était un coup de filet opéré par la police nationale, du commissariat du IIe arrondissement. « Trois bandits ont été tués par balles, hier par la police, à Ampasanimalo. Une autre complice a fait l’objet d’une arrestation. Les limiers ont pu mettre la main sur un pistolet automatique de fabrication artisanale avec deux balles ». Selon les informations qui nous sont parvenues, il semble que ces individus faisaient partie d’une association de malfaiteurs, terrorisant les quartiers d’Andohan’i Mandroseza et d’Androndra. De sources officielles, ils ont été déjà fichés au commissariat suite à des plaintes déposées à leur encontre. « Des personnes victimes de ces malfaiteurs ont reconnu ces individus rôdant dans le quartier et ont, par la suite, alerté les Forces de l’ordre. Et c’est le branle-bas du combat. L’accrochage a eu lieu. Les gangsters seraient sur la défensive et s’apprêtaient à ouvrir le feu, selon toujours la police ».

Toutefois, bon nombre d’observateurs s’interrogent sur leur appartenance à une association de malfaiteurs. Les policiers de répondre que la découverte d’armes en leur possession, constitue une preuve irréfutable. En plus, toujours d’après les explications, le chargeur ainsi que le pistolet automatique venaient de l’atelier de fabrication illégale d’armes d’Anosipatrana, découvert il y a quelques jours de cela par ces limiers.

m.L

Share This Post

Post Comment