Diffamation sur facebook : Quatre mois ferme pour le militant écologique Marozafy Armand

Jacaranda

Le couperet est tombé à la Cour d’appel de Toamasina, hier, à l’encontre du militant écologique Marozafy Armand. Il est à la fois guide touristique et vice-président du comité de soutien des aires protégées dénommé Cosap. A l’issu de son procès, il a écopé la peine de quatre mois d’emprisonnement ferme assortie d’une amende de 12 millions d’ariary. Ecroué depuis le 27 avril 2015, le concerné devait recouvrir la liberté à partir de l’annonce de ce verdict. La nouvelle a vite fait le tour des ONGs et d’autres organisations environnementales à Madagascar. En général, les responsables s’accordent à dire sur le non-fondement de cette accusation. « Comment se fait-il qu’une simple dénonciation sur facebook soit qualifiée de diffamation publique ? La peine a été, certes, allégée puisqu’il a écopé de six mois ferme en avril dernier et d’une amende de 15 millions d’ariary. Mais je continue de croire que cette frasque judiciaire prouve que l’Etat n’est pas encore prêt à lutter contre les trafics illicites de nos ressources naturelles », a expliqué un militant écologique connu dans la région Atsinanana. Beaucoup ont suivi avec intérêt la nouvelle, à l’instar de l’espion écologique Alexander Von Bismark et de ses collègues du Central Environnemental Investigation (CEI).

Didi R.

Share This Post

2 Comments - Write a Comment

  1. J’ignore les détails de cette affaire mais je suis prêt à parier qu’une fois de plus la justice de notre pays protège les trafiquants de bois de rose et non ceux qui se battent pour la protection de nos ressources naturelles. C’est honteux et déprimant. A quand une vraie justice pour Madagascar et l’emprissonement de tous ces mafieux qui rongent le pays ?!

  2. Mampalahelo ah! Olona mba miaro tanindrazana ndraiky gadraina!
    Fanjakana tia vola loatra!

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.