Sainte-Marie : Une investisseuse russe arnaquée

Conquise par la beauté de la nature, elle a choisi d’investir à l’île Sainte-Marie. Une bien mauvaise option pour elle, puisque son placement tend à tourner au vinaigre face à l’agissement d’une autorité civile et une tierce personne qu’elle a désignée pour gérer son affaire. Elle, K.R, est une ressortissante russe qui avait l’ambition de tirer profit de son investissement qui s’élève à plusieurs centaines de millions d’ariary. Le projet concerne la création d’un complexe touristique de qualité à Sainte-Marie. Pour ce faire, elle a contracté un bail emphytéotique avec un autochtone. Ce dernier, elle l’a choisi, pour gérer le projet. K.R a envoyé depuis la Russie les fonds qui furent malheureusement détournés par son bras droit. Plainte a alors été déposée pour abus de biens sociaux et a valu la détention provisoire du gérant. Ayant bénéficié d’une liberté provisoire, le concerné se vante dans tout Sainte-Marie qu’il a des connaissances très haut placées qui assurent sa protection et qu’il détruirait sa patronne et récupérer tout le capital investi, se plaint K.R. Cette dernière d’expliquer que depuis la liberté du gérant, il n’a cessé de proférer des menaces et exercer des voies de fait envers les mandataires de l’actionnaire majoritaire ainsi qu’aux ouvriers assurant la construction du complexe. Pire encore, il a forcé lesdits mandataires à quitter les lieux le week-end dernier, a continué K.R. « Il est certes, le propriétaire du sol mais il a cédé la jouissance et l’usage de son terrain par un bail emphytéotique établi en bonne et due forme le 12 mai 2014 à mon profit, et ce, avec la somme de 30 000 euros. Chose encore plus étonnante, une haute personnalité civile de l’île aux parfums a osé se dévoiler en tant que son protecteur de l’ex-gérant et a invité les forces de l’ordre à ne pas traduire au parquet le concerné pour ses actes de menaces et de voies de fait. Cette personnalité connue a aussi interpellé les mandataires de la ressortissante russe à quitter les lieux sous 24h en ajoutant que le contrat de bail emphytéotique lui importe peu. Quid de la sécurité des investissements ? Elle tire la sonnette d’alarme envers le régime en place.

D.R

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

3 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. · Edit

    Si Sainte Marie n’était pas à vendre, pourquoi avoir pris son argent? S’il ne faut pas accepter la venue des investisseurs étranger à Madagascar, demandez aux députés de changer les lois comme ça ils ne perdront pas leurs temps à venir ici à subir toute sorte d’abus de pouvoir.

  2. Mais vous avez aussi cru que sainte marie est a vendre mdr bien fait pour la personne qui a perdue son argent reste chez toi et investi en russie. Bande de voleur va

  3. A M/car, dans la grande ile, le foncier est déjà compliqué et n’imaginons pas à Sainte Marie qui n’est ni malagasy, ni français …

    Pour un futé, l’île Sainte Marie est une vraie planque, un paradis fiscal, touristique et de repos. L’autorité ne va pas t’emmerder. Une autorité (poste de police) qui ne sait pas si elle relève de La France ou de M/car et quelle loi appliquer …
    En prime, tu peux dormir tranquille (avec moustiquaire), tout grand ouvert …
    Y a pas de voyoux, etc …
    Seul désagrément, faut pas habiter proche d’un café qui fait office de boîte nuit où la musique est permanente et forte jusqu’au petit matin … Et c’est rythmé !!!

    Autrement, c’est très très cool !

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.