Affaire kidnapping : Toamasina désavoué, transfert de l’enquête à Tana

Jacaranda

Un simple ordre verbal venant de haut lieu a suffi pour transférer et le dossier et tous les présumés auteurs/co-auteurs à la brigade criminelle de Tana. Fuite organisée, se demande-t-on ?

 

 

Coup de théâtre hier à Toamasina lorsque des éléments armés jusqu’aux dents et cagoulés sont venus à la maison centrale d’Ambalatavoahangy pour transférer tous les présumés auteurs et co-auteurs du kidnapping d’Arnaud et d’Annie. De sources concordantes, l’enquête a été remise à la brigade criminelle de la capitale, et ce, après un ordre du ministre de la Justice ainsi que de la Présidence de la République. Ni les autorités locales ni la famille des victimes ne connaissent pour l’instant le motif de ce transfert inquiétant, très mal vu par les observateurs, puisque cela semble insinuer une incompétence du tribunal de Toamasina dans le traitement de l’affaire. Déjà que les magistrats locaux ont tout fait pour blanchir leur image, le fait que le dossier leur a été enlevé pourrait davantage donner un effet pervers. Les éléments de la force de sécurité de la présidence, renforcés par ceux des forces de l’ordre sur place se sont donné la main pour une sécurisation maximale des détenus. Ces derniers étaient au nombre de 27 à être emmenés dans la capitale pour être enquêtés de nouveau par la police criminelle. La famille d’Arnaud, tout comme la famille des présumés coupables, a été surprise par cette décision. Nos sources auprès de la Justice de Toamasina ont confirmé que ce transfert s’est fait sur un simple ordre verbal venant d’Antananarivo. Comment se fait-il que la Présidence s’ingère dans un processus judiciaire ? Quid de l’indépendance de la Justice et de la police judiciaire ? Les questions ne manquent pas surtout que les résultats commencent à se faire constater et le chemin qui mène vers le cerveau de l’affaire commence à se tracer. La famille d’Arnaud qui se dit perdue dans l’évolution de l’enquête, interpelle la présidence de la République, surtout concernant le motif de ce transfert d’enquête qui s’est fait sous ses ordres. A moins d’une semaine de la libération d’Arnaud, les imbroglios se montrent au premier plan. Ces vices de procédures en disent long…

D.R

Telma Fibre Vibe

Share This Post

One Comment - Write a Comment

  1. Si pour une fois le commanditaire etait arrete et juge!!Mais seront morts tous ceux qui peuvent parler

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.