Affaire Rina Rasoava : Verdict demain

Jacaranda
L’avocat de Rina Rasoava se dit confiant quant à l’issue de l’affaire.
L’avocat de Rina Rasoava se dit confiant quant à l’issue de l’affaire.

L’autorisation de détention d’arme à feu est déjà périmée depuis l’année 2011. C’est ce qu’on a appris lors du procès d’hier au tribunal correctionnel d’Anosy. Aussi, le nom qui a figuré dans le document y afférent n’est pas celui de M.T.T, le transporteur qui a un différend contre le journaliste Rina Rasoava.  Ce dernier a porté plainte pour coups et blessures volontaires suivis de menace avec arme à feu. L’audience a duré trois heures. Pendant les plaidoiries, chaque partie, puisqu’il s’agit de plaintes réciproques, a essayé de défendre sa cause, surtout en ce qui concerne la bagarre à Maharidaza. Après les auditions d’usage, le ministère public a disqualifié le chef d’inculpation requis par les plaignants. Ainsi, le motif de Coups et Blessures Volontaires (CBV) a été requalifié en Violence et Voies de Fait (VVF). La peine sursitaire a été requise par le parquet. Par ailleurs, l’usage du revolver avec ses balles à blanc pour une menace a été retenu par le Parquet. L’affaire a été très suivie et par les journalistes et par l’opinion. Lalatiana Rakotondrazafy, leader du parti politique Freedom et aussi journaliste a condamné l’acte qui revêt pour elle un trafic d’influence. « Le présumé lui-même a reconnu qu’il n’avait pas d’autorisation légale concernant la détention de revolver. Son avocat disait qu’une régularisation du papier est en cours. Il est bien normal que le parquet a retenu le chef d’inculpation d’utilisation illicite de cette arme. Sur un tout autre plan, un acte pareil pourrait tomber sur d’autres victimes, sur des citoyens lambda et je pense qu’il faut en tirer la leçon et dire non à tout abus et trafic d’influence » a-t-elle expliqué. Seth Andriamarohasina, journaliste fait-diversier, trouve injustifié la plaidoirie de l’avocat du transporteur. « Primo, bien que Rina Rasoava soit un journaliste, les médias ont traité cette affaire dans les règles de l’art et sans parti pris. Les images ont été floutées et le nom du transporteur n’a jamais été révélé. C’est dire que la présomption d’innocence a été respectée par les médias. Corporatisme oblige, je trouve aussi que l’ordre des journalistes a bien réagi en décidant de suivre de près l’affaire. On ne doit pas attendre quand même des conséquences plus graves pour se mobiliser » a-t-il déclaré à la presse. Le verdict sur cette affaire sera rendue pour demain (cf vendredi).

D.R

Share This Post

One Comment - Write a Comment

  1. « Corporatisme oblige » . Si tous les différends dans la vie courante sont suivie de la même manière… soava et ses amis « journalistes » ont-t-ils suivi l’affaire Lanto rakotomanga? les vols des biens de la Radio Fahazavana et de MBS, Radio Mada? ont-ils suivi la provenance des matériels utilisés par foza viva???

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.