Métier hors du commun : Chauffeur de taxi de nuit

Jacaranda

En général, leur quotidien dépend principalement des noctambules comme des accros de casino, de boîte, et des travailleurs de nuit. Tels sont les chauffeurs de taxi de nuit. « Nous ne dormons pas la nuit et notre vie s’illustre dans le noir », mentionne Doda, un chauffeur de taxi de la Capitale. D’après lui, il est chauffeur de taxi depuis l’année 1997, soit depuis 20 ans dont 18 dans le travail de nuit. En effet, ses expériences résument tous les aspects de ce métier. Il affirme avoir débuté à exercer ce métier alors que le litre de l’essence s’achetait à 810 ariary. « Avec ce coût, travailler le jour était rentable mais au fil des années, j’ai choisi la nuit, car je voulais sortir de l’ordinaire», explique-t-il. Pas de l’ordinaire, car la nuit, le taximan doit selon lui, s’attendre à des imprévisibles comme l’obligation de transporter des malades, des femmes sur le point d’accoucher, etc. Et cela se fait souvent de manière gratuite. C’est pourquoi, Doda qualifie son métier comme étant destiné aux personnes de bonne volonté et prête à se sacrifier pour le bien des autres. Sacrifice, car le taximan s’expose toujours au risque de faire face à des malfaiteurs. « Mon mauvais souvenir est le fait qu’il y a un moment, j’ai failli être attaqué par mes clients », déplore-t-il. Quoi qu’il en soit, Doda déclare avoir toujours confiance aux forces de l’ordre avec qui il entretient de bonnes relations.

T.M.

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.