Haute-Matsiatra : Des adolescents utilisent des kalachnikovs

Ils n’ont que 10, 13 et 16 ans et ils sont déjà membres actifs d’une bande de criminels faisant parler d’eux dans le district de l’Isandra. Loin d’être dans une séance de jeux vidéo, ces adolescents qui n’ont pas froid aux yeux ont osé, kalachnikovs entre les mains, s’affronter avec une unité mixte des forces de l’ordre. Vendredi dernier, après une violente attaque à main armée à Ambohilava, l’unité composée de militaires et des éléments de la gendarmerie s’est lancée à la poursuite des assaillants. Quelques minutes de marche plus tard, les deux parties se sont finalement croisées et un échange de tirs nourris s’est enchaîné. Des blessés parmi les brigands. Une arrestation s’est faite dans la foulée et grande fut la suprise : des enfants parmi les bandits. Pire encore, ils étaient en détention d’armes de guerre, deux AKM 47 courtes. Un autre fusil de chasse de marque Baïkal a été également saisi auprès de ces mineurs. On sait que les bandits des grands chemins, ces « dahalo », recrutent des jeunes pour intégrer leur groupe. Mais de là à recruter des enfants d’une dizaine d’années parmi leurs compères, la situation est inquiétante dans cette région. L’image ne s’apparente-t-elle pas à ces enfants qui se battent dans les rangs des rebelles en Syrie ? La seule différence repose, peut-être, sur les principes.  En Syrie, on soutient plutôt une cause dogmatique et dans le sud de Madagascar, le trafic juteux des bovidés est à l’origine d’une recrudescence de l’insécurité et un recrutement des jeunes pour exécuter des attaques.

D.R

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire