Affaire Kidnapping : Nahid Meralli Ballou retrouve la liberté

Hier vers la fin de l’après-midi, le collectif des Français d’Origine Indienne de Madagascar (CFOIM) a annoncé dans un communiqué que Nahid Meralli Ballou, qui était enlevé il y a quelques semaines, a retrouvé la liberté la nuit du lundi 23 octobre. Annonçant cette nouvelle qui a beaucoup soulagé l’association après avoir vécu les mêmes supplices et douleurs que la victime et ses parents ont endurés durant ces 17 jours de séquestration, le CFOIM s’est abstenu d’apporter des précisions sur les circonstances de cette libération. Ce fait a beaucoup étonné les observateurs dans la mesure où on parle d’un acte de kidnapping. On soulève un crime que nos forces de l’ordre sont censées s’y impliquer davantage vu que ce problème se trouve au centre des préoccupations du gouvernement. Ce serait la raison pour laquelle, la mise en place d’une unité spéciale anti-kidnapping vient d’être officialisée récemment. Cette remarque est de mise car cet acte qui nuit à l’image de ce pays souhaitant l’arrivée des investisseurs étrangers, risque de prendre de l’ampleur. En effet, le CFOIM affirme sa reconnaissance à l’endroit des forces de l’ordre pour leur mobilisation dans cette nouvelle affaire et salue leur engagement à s’unir pour venir à bout de ce fléau qui mine la société malgache toute entière. “C’est avant tout un espoir pour rétablir progressivement un climat de confiance pour le pays, mais aussi un gage de sécurité pour les populations en général”, a déclaré un membre du CFOIM.

Selon toujours le communiqué, le Collectif des Français d’Origine Indienne de Madagascar (CFOIM) ainsi que les membres de la famille remercient l’ensemble des acteurs qui ont aidé à la libération de Nahid. « Nous remercions aussi tous ceux et celles qui nous ont apporté leur soutien à travers des visites, des messages, des appels, des prières… durant cette épreuve difficile qui nous a torturée à la fois physiquement et moralement », a déclaré un membre de la famille de Nahid. Le CFOIM réitère l’appel lancé à tous les partenariats locaux et internationaux, bilatéraux comme multilatéraux pour accompagner au mieux les autorités dans la mise en œuvre d’un dispositif qui pourra définitivement mettre fin à ces pratiques criminelles.

T.M.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire