Ambanin’Ampamarinana : 150 personnes prêtes à évacuer les lieux de leur gré


Suite au glissement d’un gros rocher qui a causé la destruction des trois maisons d’habitation et fait sept morts et huit blessés à Ampamarinana la nuit du samedi 19 février, le gouvernement a décidé de prendre toutes les mesures adéquates pour qu’une telle préjudice ne se reproduise plus. Parmi les dispositions prises figurent l’évacuation des personnes habitant les zones à risque de la haute ville notamment tous ceux qui occupent les bas de la falaise d’Ampamarinana. Recommandée par le Premier ministre, Solondrasana Olivier Mahafaly et le ministre d’Etat chargé des Projets présidentiels et de l’Aménagement du territoire lors de leur passage à Ampamarianana pour présenter leurs condoléances aux familles victimes de l’éboulement du dimanche, l’évacuation de ces lieux ne pose pas de problème. Hier, les responsables du « fokontany » chargés de mettre en œuvre ce projet affirment avoir déjà recensé plus des 150 personnes prêtes à quitter leur maison. Les informations recueillies sur place montrent que cette statistique enregistrée vers midi hier devrait augmenter dans la mesure où beaucoup affirment être persuadés qu’ils ne se sentent plus en sécurité dans leur domicile tant que la pluie ne cesse de tomber. Comme il est prévu par le gouvernement, ces gens à déplacer seront hébergés dans un site à préparer par le BNGRC du côté de Mahamasina, les responsables du « fokontany » d’Ampamarinana souhaitent désormais qu’il faut envisager déjà d’autre endroit un peu plus vaste et cela pour une durée plus longue pour accueillir ces délogés. D’autant plus que la menace de glissement de terrain est déjà imminente dans l’ensemble de la haute ville depuis des années. C’est la raison pour laquelle, le BNGRC a déjà déclaré cette ancienne ville d’Antananarivo zone rouge depuis le début de cette saison de pluies.

T.M.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.