Rotaka à Toliara: Une soixantaine d’Antandroy arrêtée par la police

Jacaranda

La ville de Toliara était en ébullition hier. Des manifestants ont sillonné d’Amborogony (près du cimetière de Tanambao) jusqu’à Mitsinjo (Palais de la Région Sud Ouest) puis ils sont revenus sur leur pas et se sont lancés vers Toliara Centre en sifflant, criant et lançant des pierres un peu partout. A la hauteur de la Place de la République, certains individus mal intentionnés ont voulu mettre le feu à la station Galana. La police les suivait de près, sans intervenir, mais à ce moment précis, ils ont lancé des grenades lacrymogènes, ce qui a marqué la fin de la manifestation. Une soixantaine d’individus sont arrêtés au commissariat central, tous de l’ethnie Antandroy. Selon des témoins, ces manifestants veulent attirer l’attention des responsables de la ville pour donner suite à l’affaire ayant entraîné la mort de la jeune fille Antandroy de 15 ans, à peine, sauvagement assassinée il y a deux semaines par son « fiancé ». Ce « fiancé » est la dernière personne aperçue en sa compagnie, d’où les soupçons. Malheureusement, le « fiancé » est introuvable. Alors, les parents et la famille de la fille se retournent vers le président de l’université de Maninday où le  « fiancé » suivait ses études. Il faut bien trouver un responsable, se disent-ils. Selon un officier de police « l’œil gauche de la fille a été extirpé de son globe d’une main experte sans laisser de trace de sang ». Les habitants de la cité du Soleil se posent des questions. Drôle de crime. Un peu avant ce crime survenu à cette fille, c’était un jeune garçon de 15 ans qui a été victime de cette sorte de tuerie macabre… même extirpation experte. Les sources officielles déclarent 63 individus arrêtés hier et cinq autres hospitalisés. 

Charles RAZA (correspondant)

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.