Maibahoaka-Ivato : Le domicile d’un opérateur chinois attaqué, 200 millions d’ariary dérobés

Blessé dans l’attaque de son domicile à Maibahoaka-Ivato dans la nuit du 17 au 18 avril, un opérateur économique chinois se trouve actuellement à l’hôpital. Près de 200 000 millions d’ariary y ont été dérobés.  Cette nuit-là, sept bandits armés d’un pistolet automatique et d’armes blanches ont investi le domicile de cet opérateur œuvrant dans la collecte et le conditionnement de fruits de mer. Selon les informations émanant de la gendarmerie qui se charge de l’enquête, l’acte a été commis vers trois heures du matin. Pour investir les lieux, qui étaient entièrement clôturés, les malfrats dont cinq étaient cagoulés, ont escaladé les murs de clôture. Ils sont entrés par la fenêtre après avoir arraché la grille de protection de celle-ci. Pris au dépourvu, l’un des trois chinois qui étaient dans la maison aurait tenté de résister aux agresseurs. Pour le maîtriser, les assaillants l’ont asséné d’un coup de pied-de-biche qui l’a blessé à la tête. Puis ils ont ligoté la femme de ménage de la maison qui se trouvait dans une autre pièce. Les bandits auraient été déjà tenus au courant de l’existence d’une grosse somme d’argent chez cet opérateur. C’est la raison pour laquelle, il n’aurait eu du mal à la trouver.

Planifié d’avance. La gendarmerie de Talatamaty affirme n’avoir pas été alertée de cette attaque que deux heures plus tard. Débarqués sur place, les hommes en treillis ont tout de suite enclenché l’enquête. Leur premier constat  a permis de conclure que cette attaque était déjà planifiée d’avance. Les malfaiteurs savaient que l’endroit n’est pas sécurisé, sans gardien. Les malfaiteurs étaient véhiculés car des traces de pneus ont été trouvées à la sortie de l’enceinte qui borde la rue.  C’est pourquoi, le chien pisteur emmené par les enquêteurs a été inefficace. L’existence des individus cagoulés dans la bande laisse également penser que ces derniers ne seraient pas étrangers à la victime. L’enquête est en cours.

T.M.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.