Kidnapping à Maevatanàna : La femme de l’opérateur libérée, 750 millions d’ariary de rançon versés



Jacaranda

La femme d’un opérateur économique, enlevée par des « dahalo » à Ambodimanga-Betsiboka, dans la commune de Maevatanàna II jeudi dernier, a recouvré la liberté samedi 25 août vers 18 heures. Les ravisseurs l’ont libérée après le versement d’une somme de 750 millions d’ariary par la famille. En effet, les ravisseurs ont réussi à augmenter la somme de 250 millions de rançon qu’ils avaient exigés auparavant. Ce serait plus qu’évident suite au refus de la famille de la victime de laisser intervenir des forces de l’ordre. La famille préférait favoriser la négociation pour préserver la vie de l’otage. D’autant plus que les bandits avaient déjà menacé d’exécuter la victime au cas où les forces de l’ordre interviendraient dans cette affaire.

Selon les informations, le montant de la rançon a été fixé après une longue surenchère menée par les ravisseurs. Ainsi, ces derniers ont réclamé quelqu’un pour effectuer l’échange. La mission a été alors confiée à un employé (aide-chauffeur) de la victime. Ce dernier qui affirme avoir fait une marche d’une heure de temps à partir d’Ambodimanga pour rejoindre les lieux de la transaction. Arrivé sur place, il a été reçu par 15 individus. Après le versement de l’argent, il a pu récupérer l’otage. Pour retourner à Ambodimanga, les ravisseurs ont indiqué un autre chemin. Ce ne serait qu’une manière pour eux d’avoir un laps de temps pour s’enfuir. En suivant leur directive, l’aide-chauffeur et la victime ont débouché sur Analamafana soit à 18 km d’Ambodimanga. Affaiblie par cette longue marche, la femme de l’opérateur était tombée malade. Ses pieds ont été couverts d’ampoules. D’Analamafana, ils ont alors dû prendre une charrette pour rejoindre Ambodimanga. De là, la femme a été évacuée d’urgence dans la capitale.

Ainsi, son cauchemar a pris fin. Cependant, la peur persiste chez les habitants de cette commune. Selon les informations, ces bandits auraient encore menacé de revenir pour dévaliser des villages. C’est pourquoi, la population souhaite la prise de responsabilité des Forces de l’ordre pour la protéger. Selon toujours les informations, les opérateurs économiques de la localité ont dû cotiser pour le paiement de cette rançon.

T.M.\Ratantely

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.