Affaire Eddy Maminirina : « L’implication d’un Général, une pure spéculation », selon son avocat

Jacaranda

« Aucune enquête n’a été ouverte jusqu’à maintenant à l’encontre de mon client, Maminirina Jean Eddy. Le fait de dire qu’il aurait avoué et cité le nom d’un Général membre du gouvernement comme étant son éternel protecteur ne relève que de la pure spéculation » a frappé d’emblée l’avocat du tristement célèbre surnommé Eddy Bois de Rose. Ce dernier demeure en détention provisoire à Tsiafahy  depuis le 12 février dernier après son arrestation spectaculaire dans la cour du centre commercial La City à Ivandry. L’avocat continue dans la foulée que la manière dont son client a été arrêté, est totalement arbitraire. Opérateur économique et président d’une association apolitique dénommée Malagasy Mifankatia, le concerné a été accueilli comme un héros lors de son retour à Tamatave vers fin octobre 2018. Coup de tonnerre pour les membres de son association lors de son arrestation musclée en février. Quant au Général mentionné, le Secrétaire d’Etat à la Gendarmerie (SEG) a brisé par son silence, tellement la description ressemblait à sa personne. « Je sais pertinemment qu’on me vise dans cette campagne de dénigrement et je connais d’ailleurs la source des rumeurs. Il suffit de consulter ma déclaration de patrimoine et vous verrez que les informations rapportées par certains médias sont fausses. Je n’ai pas de maison à Ambohitrarahaba ni une 4X4 de marque Toyota Prado. Je n’ai qu’une maison, elle se situe à Ambohimanga. Je l’ai bâtie par mes propres moyens » a expliqué le Général de Division Ravalomanana Richard. A l’allure où vont les choses, l’affaire Maminirina Jean Eddy continue de faire des vagues dans le microcosme politique au point où l’on ose maintenant s’attaquer à un membre du gouvernement. L’enquête n’est même pas encore lancée et des gens sont déjà en effervescence.

r.f

Telma Fibre Vibe

Share This Post

6 Comments - Write a Comment

  1. Affirmatif Monsieur BRANDON Colonel Charles je le confirme également N’EST PAS BIEN DANS SA TËTE ! Je suis bien placé pour le dire . Concernant Monja je n’accorderai aucun crédit à un homme qui n’a même pas la grandeur d’esprit de rendre une résidence d’état et autres . Il n’y a que vous ZD qui vénèrent ces minables .

  2. Aparemment, Jean Eddy, n’a accusé personne ! Laissez-donc la Justice mener son enquête, si complices il y a, elle saura les trouver…

  3. Les journaux malgaches (express et midi) ont une diffamé un personnage public et respecté. N’est il pas mieux de déposer une plainte auprès du Procureur de la République pour éviter que ce genre de délit ne se reproduise ?

  4. Les déclarations du Colonel Charles sont mensongères ? Il en sera aussi de même pour celles de Monja ? Alors là, il faudra le démontrer !

  5. Monsieur ALFRED ? le bon sens et l’honnêteté intellectuelle manquent visiblement à votre analyse . Vous voulez insinuer des prêtes noms ? Sachez qu’il n’est pas difficile de faire des enquêtes sur le patrimoine déclaré d’un individu au niveau d’une institution comme la HCC . Surtout soyons logiques Eddy MAMIRINA et Général RAVALOMANANA ne sont pas du tout de la même génération . Ca m’étonnerait beaucoup qu’ils soient copains comme affabulait ce mythomane . Ca nous fait rappeler les déclarations mensongères de Colonel Charles un psychopathe que les crédules proRavalomanana ont adulé ! Est-ce clair ?

  6. C’est bizarre ce revirement les indices étaient tellement précis .
    La justice pourrait faire une enquête approfondie si elle voudrait balayer tous les soupçons .
    Tous ces soi- disant dons pourraient être au nom d’un tiers pas nécessairement sur le présumé protecteur .
    A moins de vouloir étouffer l’affaire ou d’un accord avec le prévenu la justice devrait tirer toute cette affaire au clair en désignant et donnant à des enquêteurs le plein pouvoir pour montrer toute la vérité car la loi s’applique pour tous .

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.