Lutte contre la corruption : Parade de la branche territoriale de Toliara

Jacaranda

Mardi 5 mars, la direction du Bianco Toliara a fait un bilan des réalisations de l’année 2018 devant la presse. Mamitiana RAJAONARISON, administrateur civil, directeur territorial et son staff ont déballé de fond en comble, transparence oblige, tous les chiffres cachés de l’année écoulée. Sur les 416 doléances reçues, 186 étaient investigables (45%). Ce qui est une avancée encourageante car avant, les doléances étaient bien nombreuses mais moins d’investigables (30%). Ce qui dénote l’énorme travail d’éducation diffusée du Bianco par la création de panneaux géants, mobilisation de jeunes partenaires, 58 services administratifs sensibilisés et acquis avec mise sur pied de 33 cellules anti-corruption (CAT). En un mot : un bilan satisfaisant.

Ceux qui doivent déclarer leurs patrimoines sont venus de plein gré. Les députés, magistrats et autres hauts emplois de l’Etat. Parmi eux, les gendarmes sont les plus nombreux. Les redevables sont au courant qu’en cas de fausse déclaration, la sanction est inévitable. Le Bianco utilise un logiciel qui arrive à détecter un nouveau patrimoine oublié et déclaré plus tard. Si le cas se présente, le déclarant sera poursuivi d’enrichissement illicite. Autrement dit, pas d’entourloupette. Enfin, le Bianco fournit les affiches incitant la confiance et niant la corruption, les cahiers, les tableaux pour faciliter l’orientation des citoyens et justiciables qui fréquentent le tribunal ou ceux qui viennent consulter la gendarmerie ou la police.

Charles RAZA

Blueline Air Fiber

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.