« Base Toliara » : Le site d’exploitation attaqué et pillé par un groupe d’individus

Mercredi 17  avril, à  10h00, un groupe d’une quarantaine d’individus a  fait irruption dans le  site de « Base Toliara », situé à Ranobe, 55km au Nord de Toliara. Le groupe est dirigé par un certain Tsiemby (source TV privée), environ la cinquantaine, qui a déclaré publiquement : « Personne ne veut écouter ce que les Masikoro réclament, alors nous sommes obligés de recourir au feu, pour attirer l’attention. Nous donnons trois jours à « Base Toliara » pour évacuer tout le site et nettoyer le reste, autrement, nous passerons à une nouvelle étape ». Voilà ce qui s’est passé, devant les quatre ou cinq gendarmes chargés de veiller sur le site. Ils ont sommé les intrus et tiré en l’air. Les assaillants, femmes, enfants étaient si décidés qu’aucune menace ne pouvaient les arrêter. Ils ont mis le feu sur tous les bâtiments fabriqués en matériaux locaux qui abritaient les échantillons de sable contenant ilménite, zircon à exporter. Après quoi, ils sont partis tranquillement, comme ils étaient venus.

Charles RAZA

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Un Commentaire - Ecrire un commentaire

  1. Cette association qui auparavant luttait pour la préservation de l’environnement devient depuis 10 dec 2018 ( 1ère agression du Site avec vols) une association de malfaiteurs, voleurs et vandales qui pillent les Biens de cette société. Hier encore, ils sont encore revenus au Site pour piller la,toiture du site. Cette association se trouve dans l’impunité totale. Tous les investisseurs miniers du Monde scrutent la réaction du Gouvernement avant de venir de nouveau à Mada. Notre pays est toujours classé,comme un pays à risque pour les grands investissements miniers. Une grande partie d’entre -eux a quitté notre pays depuis 2017 pour s’installer au MOZAMBIQUE et au Zimbabwe, RSA.

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.