Maevatanana : Un Commissaire de Police écroué pour association des malfaiteurs

Jacaranda

En fin, les enquêtes sur la série d’actes de kidnapping et de vols à main armée dans les régions de Boeny et de Betsiboka commencent à apporter leur fruit. Ce qui s’était passé jeudi 02 mai au Tribunal de première instance de Mahajanga laisse penser que désormais, le pouvoir actuel est décidé se débarrasser de la pratique de l’impunité en s’attaquant au gros poisson. Déféré au Parquet du Tribunal de Première instance de Mahajanga hier, un commissaire de Police est actuellement écroué à la Prison de Mahajanga. Ayant servi  au commissariat central de la Sécurité Publique de Maevatanàna, il est poursuivi pour association des malfaiteurs, tentative de meurtre, vol de numéraires à main armée, et enlèvement d’enfants avec demande de rançon. Selon les informations, ce commissaire de Police est soupçonné d’être impliqué dans des actes de kidnapping perpétrés à Manerinerina et à Ambatoboeny depuis quelques mois. C’est pourquoi, la Police nationale à travers son service central des affaires criminelles ainsi que l’Inspection générale de la Police nationale ont ouvert une enquête après avoir obtenu une autorisation de poursuite émanant du Ministre de la Sécurité publique. « L’enquête a alors débouché sur ces quatre chefs d’inculpation contre le suspect », a précisé le commissaire divisionnaire Rakotomalala Fanomezantsoa, directeur régional de Boeny. Il a ajouté qu’avant ce commissaire, d’autres individus impliqués dans les mêmes affaires, dont des éléments des Forces de l’ordre, croupissent déjà en prison en attendant le jour de leur procès. Cette initiative du Ministre de la Sécurité publique prouverait que l’assainissement au sein de des forces de l’ordre est en cours. Suite à la recrudescence des actes de banditisme dans la région de Betsiboka, la gendarmerie nationale a dû procéder aux affectations massives des responsables de ses unités présentes dans la localité.

T.M

Share This Post

2 Comments - Write a Comment

  1. Il n’y a qu’à Madagascar ou l’audition d’un malfaiteur nécessite une autorisation de poursuite.

  2. · Edit

    Super Monsieur le president Andry pour tout cela…

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.