Exécution sommaire à Ampitatafika : 27 militaires dont un officier écroués à Tsiafahy

Jacaranda

L’enquête sur l’affaire portant sur les trois cadavres repêchés dans le fleuve Onive dans la commune d’Ampitatafika dans le district d’Antanifotsy, région Vakinankaratra a pris fin au niveau de la gendarmerie. Les suspects qui sont tous des militaires ont été déférés au Parquet du Tribunal de Première instance d’Antananarivo à Anosy, samedi dernier. Ils étaient 27 qui ont été entendus par les juges. 26 d’entre eux sont des éléments du RFI à Ivato. L’un qui est le chauffeur du camion ayant transporté les victimes relève du CAPSAT à Fiadanana. En réalité, ils étaient, selon les informations émanant de la gendarmerie, 28 militaires impliqués dans cette affaire. Mais, l’un d’entre eux est encore en mission à Tsiroanomandidy. Après une audition qui a duré plusieurs heures, les 27 militaires dont un officier ont été placés sous mandat de dépôt à la Maison de Force de Tsiafahy. Le Parquet a pris cette décision vues les charges pesant sur les présumés. Enlèvement, séquestration, et assassinat, sont les chefs d’inculpations retenus contre eux. En effet, l’arrestation ainsi que l’incarcération de ces militaires ont prouvé la détermination du Ministre de la Défense nationale, Général  Richard Rakotonirina à appliquer la discipline ainsi que l’Etat de droit au sein de nos Forces de l’ordre. L’enquête au fond sur cette affaire est prévue au 02 juillet 2019 prochain.

Des victimes innocentes ? Cette question se pose si l’on se réfère aux témoignages des proches des victimes sur cette affaire. Des éléments des forces de l’ordre ont arrêté ces trois individus le 20 mai 2019 dans le district d’Ambohimahasoa, dans la région Haute Matsiatra car ils étaient soupçonnés de détention d’armes illégalement. Une accusation que ses proches nient la véracité. Ils auraient été quatre qui ont été arrêtés ce jour-là. Depuis, ils étaient gardés à vue dans la localité jusqu’au jeudi 30 mai 2019, le jour où leurs familles affirment les avoir vus pour la dernière fois. Ce jeudi-là, ces individus auraient été embarqués dans un camion, selon toujours les témoignages. Leurs proches ont tenu à souligner que les forces de l’ordre qui se chargeaient de l’enquête des suspects, les ont priés de ne plus apporter de nourritures à ces derniers car leur enquête a déjà pris fin. En effet, les familles s’interrogent sur la découverte de leurs corps  à Ampitatafika-Antanifotsy, le matin du vendredi 31 mai 2019.

T.M.

Telma Fibre Vibe

Share This Post

2 Comments - Write a Comment

  1. toa ilaina ihany ny peine de mort raha sahala amin’izao

  2. bavure !

    C’est tjs ainsi quand on confie aux militaires le maintien de l’ordre !

    Tsy mahay afa tsy ny mitifitra sy mamono ireo.

    Diso be ny fanjakana

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.