Suicide d’Alana Cutland Moly : Le corps n’est pas encore retrouvé, deux personnes enquêtées

Jacaranda

Hier, le ratissage en haute mer a continué. Les militaires issus de la Base Aéronavale Tactique (BATAC) d’Arivonimamo qui sont spécialement mobilisés pour la recherche du corps d’Alana Cutland Moly n’ont pas perdu espoir. Ils sont accompagnés par les riverains de la commune d’Andohaloha-Anjajavy qui, eux, fouillent le long de la côte. Du côté de la gendarmerie, une enquête  a été ouverte. Dans les locaux de la section des recherches criminelles à Mahajanga, le pilote de l’avion de type Cessna pouvant transporter cinq personnes ainsi qu’une dame de 51 ans ont été entendus par les éléments de la police judiciaire. On sait maintenant que la jeune britannique de 20 ans était venue à Madagascar pour effectuer un stage de recherches sur les fonds marins à Anjajavy, cette petite île réputée paradisiaque que les jets-set  y sont habitués pour les vacances. Jeudi dernier, l’aéronef qui avait pour destination la capitale a décollé l’aérodrome d’Anjajavy vers 9 heures et 25 minutes. De sources concordantes, cinq minutes et vingt secondes après le décollage et à peine que l’avion s’est stabilisé sur une altitude de 1.500 mètres, la jeune britannique a commencé à faire sa crise.

Saut inattendu. Elle a forcé la porte de l’avion sous les yeux du pilote et de l’autre passagère. Les deux personnes ont tant bien que mal essayé de maîtriser la chercheure en fonds marin. En vain. Elle a sauté et sans parachute sur une altitude très haute. La chance de survie est très mince voire utopique. L’effort qui reste pour les autorités malgaches repose sur le repêchage du corps. Outre la thèse du suicide, il y a quand même des pistes à explorer, puisqu’il s’agit d’ailleurs d’un mort d’homme. Quel a été le fond du problème qui a rendu la jeune femme hystérique et intraitable ? Sur place à Anjajavy, elle aurait eu plusieurs conversations avec ses parents à Londres annonçant des problèmes. Une situation qui a alerté  ces derniers à trouver une solution d’urgence pour ramener leur fille chez eux. Et la solution fut la dame de 51 ans qui, elle aussi, une Britannique. Entre compatriotes, la négociation a abouti facilement. La dame a accepté de prendre en charge le retour d’Alana Cutland Moly à Londres. Elle a même loué un avion d’une compagnie aérienne pour le premier déplacement à l’aéroport d’Ivato Antananarivo. Et tout le projet est tombé à l’eau, au propre comme au figuré, avec ce saut inattendu. Une enquête s’impose…

D.R/Tantely Vandriam

Share This Post

One Comment - Write a Comment

  1. O re olona an ! mpanao gazety ve nareo ? mba tena hamboary kely ilay fiteny vahiny fa tena tsy ao mihtsy e ! sa stagiaire mbola hianatra ho mpanao gazety indray an andro any . tena mahamenatra sy mampiomehy be ilay redaction, na ankizy vazah 18 taona aza tsy manoratra haotr’izao !
    https://www.actutana.com/depeche/et-la-solution-fut-la-dame-de-51-ans-qui-elle-aussi-une-britannique/
    mihevera-tena ry Gazety Midi ooo !

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.