Deux blessés à Tsaralalàna : Le fusil d’un policier tombe par terre et tire accidentellement

Jacaranda
Lutter avec les moyens du bord.

Imprudence ou manque d’expérience ? Cette question se pose pour expliquer ce qui s’est passé à Tsaralalàna, hier, vers midi. Des coups de feu ont retenti et deux personnes ont été blessées en pleine rue. On dirait qu’on assistait à une attaque à main armée de grande envergure. Le pire est d’entendre que les balles qui ont provoqué l’incident provenaient de l’arme d’un policier. Pris sur le fait, celui-ci a été tout de suite arrêté par ses confrères en attendant l’arrivée de son supérieur hiérarchique. C’était en ce moment-là que les blessés ont été évacués d’urgence à l’hôpital. Le calme est revenu quand tout le monde s’est rendu compte qu’aucun danger n’était à craindre. Ces coups de feu n’étaient qu’un accident survenu sur un policier de la Force d’intervention de la police (FIP) en service. Celui-ci était en train de déposer un opérateur économique qu’il venait d’escorter à la banque dans ce quartier quand son arme est tombée par terre et a accidentellement tiré, à entendre les explications du commissaire de Police Jerry Clark Rakotonirina, commandant de la FIP. De marque MAT 49 qui est un fusil d’assaut semi-automatique, l’arme a tiré car elle n’aurait pas été sécurisée. D’après ce commissaire, ce genre de fusil dont la manipulation est un peu difficile à cause de la vétusté de son mécanisme, peut faire des rafales. C’est malheureux car deux individus ont été blessés dont l’un qui a été touché au niveau de son bassin n’est autre que l’employé de l’opérateur économique escorté. Ayant reçu une balle au genou, le deuxième était un simple passant.

Placé en garde à vue. Parlant de son élément incriminé dans cette affaire, le Commandant du FIP affirme que celui-là est déjà placé en garde à vue pour enquête. Dans le cas pareil, il doit être interrogé par la brigade criminelle. Même si l’enquête révélera le cas accidentel, la procédure administrative exige que le concerné devra faire l’objet d’une demande d’explication ordonnée par son chef supérieur hiérarchique. Ce sera autour de ce dernier qui va décider de  son sort. Quoi qu’il en soit, il serait temps de réviser ou de reformuler la formation de nos agents de police. Le moment serait également venu pour renouveler l’armement de nos policiers.

T.M.

Blueline Air Fiber

Share This Post

2 Comments - Write a Comment

  1. Je comprends maintenant pourquoi ,il n’y a pas de SECURITÉ à Madagascar.
    En effet s’il faut UN POLICIER pour cha que OPERATEUR ECONOMIQUE ( voir les conditions) (il faut au moins 10millions de policiers si un Malagasy/trois est un Operateur Economique en Puissance…Maos en fait ,chaque Malagasy n’a -t-il pas droit à la Securité? Fait on des heures sup?

  2. Pourquoi un óperateur’economique est il escorte par un policier ?, pour la prochaine paie de mon entreprise , je sais a qui ne PAS m’ADRESSER.

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.