Cybercriminalité : 67 plaintes reçues en six mois à la Gendarmerie

Jacaranda

Le développement des Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication à l’heure actuelle a beaucoup bouleversé la société malgache. Cela s’explique par l’utilisation abusive des réseaux sociaux qui deviennent de plus en plus une source de  délits et  d’infractions si l’on ne cite que les publications de  fausses nouvelles, des diffamations, des injures qui portent atteinte à l’intégrité d’une personne ou d’une institution. Il est navrant de constater que ce revirement risque de se multiplier même si des institutions chargées de cette sorte de délits désormais dénommés la cybercriminalité existent au niveau de la Gendarmerie et de la Police nationale. Le bilan dressé par le service de lutte contre la cybercriminalité auprès de la gendarmerie à Antananarivo durant ces deux dernières années en parle. Seulement pour le premier semestre 2019, 67 plaintes ont été déposées. 17 de ces dossiers ont été déjà traités pour lesquels, la gendarmerie a arrêté 17 individus. Huit ont été placés sous mandat de dépôt. Les statistiques ont augmenté par rapport à l’année 2018 durant laquelle, ce service a enregistré 68 plaintes. Sur les 15 dossiers traités, 18 suspects ont été arrêtés dont cinq ont été placés sous mandat de dépôt. Face à ce danger, le ministère de la Communication et de la Culture (MCC) a décidé de mettre en place sa cellule de lutte contre la cybercriminalité (CLCC) au sein de ce département. Le lancement officiel des activités de cette cellule a été effectué à la Bibliothèque nationale, siège de ce ministère. C’était une occasion pour la Ministre de la Communication et de la Culture Lalatiana Rakotondrazafy Andriatongarivo de montrer au public ce qu’on attend de cette CLCC. Sa mission principale est de sensibiliser et d’éduquer la population sur l’existence de la législation sur la cybercriminalité à savoir la loi 2014-006 et la loi 2016-031. Vient ensuite l’assistance aux victimes de la transgression de la législation pour les orienter à défendre leur droit. En effet, la CLCC du MLCC va appuyer la gendarmerie et la police nationale ainsi que les autorités judiciaires dans leur mission. Raison pour laquelle la Ministre a saisi l’occasion pour répondre à l’allégation faite par des personnes de mauvaise langue disant qu’elle cherche à dissoudre le service de la cybercriminalité déjà institué au niveau de la gendarmerie et de la police nationale. Toujours dans le cadre de ce soutien, il ajoute que le MCC est actuellement en train de chercher de collaboration avec des organismes et des institutions internationales œuvrant dans les NTIC pour renforcer la lutte contre la cybercriminalité à Madagascar. Dans ce sens, elle a cité ce que la France a déjà effectué avec le propriétaire de Facebook aux Etats-Unis.

T.M.

Telma Fibre Vibe

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.