Faliarivo-Ambanidia : Le bureau du fokontany expulsé de son local suite au litige foncier

Le matin du vendredi 14 septembre, les responsables du Fokontany de Faliarivo-Ambanidia dans le IIe arrondissement de la commune urbaine d’Antananarivo, étaient paniqués à la vue d’un groupe de personnes venu ouvrir de force leur bureau. Conduit par un huissier, quelques policiers et six gros bras, ces individus ont fait sauter les portes avant de faire sortir tous ceux qu’ils ont vus à l’intérieur. Puis, le bâtiment a été mis sous scellé. Cela signifie que ses locataires sont désormais expulsés, et cela a fait suite à une décision judiciaire. Une décision que le Chef de ce fokontany, Rajaoarimanitra Vololoniaina Olive, affirme n’avoir jamais été informée au préalable. Pourtant, elle s’attendait déjà à ce fait car le local de ce bureau est en litige depuis des années. Selon ses explications, le fokontany a acheté ce terrain en 1979 pour construire son bureau dont la réalisation a été faite par les habitants en 1983. Pendant ces temps, tout s’est passé sans imbroglio. Quelques années plus tard, des descendants de cette propriétaire ont fait une opposition à cette vente qu’ils qualifient d’illégale tout en portant l’affaire devant la Justice. Depuis, la bataille judiciaire est engagée entre le fokontany et les plaignants. Malheureusement, le fokontany a été toujours perdant et cela à trois reprises, déplore le Chef fokontany. Raison pour laquelle, en novembre 2017, les responsables ont dû quitter les lieux pour aller s’installer provisoirement dans le local du bureau du fokontany Volosarika-Ambanidia, toujours dans le même arrondissement quand un huissier s’est rendu sur place pour fermer le bâtiment. Ne pas vouloir se laisser faire, les responsables du fokontany affirment avoir poursuivi la procédure judiciaire pour récupérer leur bureau. En espérant que cette affaire suit encore son cours auprès du tribunal, ils affirment avoir été surpris de cette expulsion soudaine. « Il est dit que le tribunal a déjà tranché sur notre requête mais nous n’avons pas été notifiés de son verdict, nous n’avons même pas été convoqués pour assister au procès », précise le chef fokontany. Face à cette situation, Rajaoarimanitra Vololoniaina Olive et ses collègues invitent les autorités compétentes à prendre en considération cette affaire qui affecte la vie quotidienne de la population de la circonscription toute entière. Ayant assisté à cette expulsion du vendredi, le Chef de district du IIe arrondissement de la CUA, ainsi qu’un représentant du délégué au Maire du même arrondissement affirment être en train de chercher des solutions.

T.M.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.