Trafic de cannabis : Cinq individus dont deux femmes arrêtés

La vente des produits stupéfiants prend du terrain un peu partout dans la capitale. Des femmes figurent parmi les acteurs. Avant-hier, cinq individus sont interpellés dans plusieurs lieux de la capitale durant une opération lancée par la police chargée de la lutte contre la propagation des produits psychotropes. Ils sont accusés de vente et de consommation de cannabis, a-t-on appris de la police. Des personnes de bonne volonté ont informé la police sur l’existence du réseau en question. Quant aux deux descendantes d’Eve, l’une d’entre elle a été arrêtée à Imamba-Soavimasoandro. Les forces de l’ordre ont pu encore découvrir avec elle 125 grammes de cannabis et trois autres rouleaux déjà préparés. Elles ont avoué leurs méfaits durant l’enquête préliminaire. Le cannabis se vend comme des petits pains avec la somme modique variant entre 200 à 500 Ariary. A Ampasika, la seconde femme a été arrêtée à son tour. La police a également mis la main sur un autre homme issu du même réseau qu’elle. A eux deux, ils ont commencé la vente illicite de cannabis depuis l’année 2016. Ils achètent le sachet à 15.000 ariary qu’ils vendent en détails après pour tirer du bénéfice. Et l’affaire marchait à bon escient durant ces quelques années jusqu’à ce que la police ne soit informée de l’existence du réseau. De source confirmée, les deux autres complices, arrêtés à Soanierana sont des récidivistes. Les cannabis proviennent en général du sud de l’île et sont acheminés par voie terrestre vers la capitale. Selon la police, l’âge des dealers varie de 18 à 58 ans dans la capitale. Beaucoup reste à faire puisque sur la propagation des produits psychotropes à Antananarivo. Pire encore, les milieux scolaires y sont exposés.

Voarisoa Davidson

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.