Opération de pacification : Actions civilo-militaires pour entretenir les acquis

Le rétablissement de la paix et de la sécurité le plus tôt possible dans un état de droit pour réinstaller la confiance mutuelle entre l’Etat et la population. Rendre effectif ce « velirano » du président de la République, Andry Rajoelina était l’objectif de la descente du ministre de la Défense nationale (MDN), le général de Division Richard Rakotonirina dans la région de l’Itasy et Bongolava la semaine dernière. Une occasion pour lui de dresser un bilan sur les acquis de l’opération de pacification menée par l’Armée malgache dans cette localité et dans les régions classées rouges en matière d’insécurité à Madagascar. Durant ce périple, il a ouvert un atelier intitulé « Orientation des actions de coopération civilo-militaire » qui s’est déroulé à l’Hôtel Eucalyptus à Soavinandriana, le jeudi 5 décembre. Le lendemain, il est passé à Andranganala, dans la commune rurale d(Ankadinondry-Sakay pour remettre des matériels agricoles au camp de la compagnie 111B de l’Armée du développement implantée dans la localité. Il a également participé à un reboisement dans ce camp en collaboration avec une association des volontaires  œuvrant pour l’Environnement appelé OP 500.

Seuil de tolérance. Parlant du bilan de l’opération de pacification menée par les militaires à travers le pays, le ministre affirme qu’actuellement, la sécurité commence à s’installer dans les zones concernées. Les gens en milieu rural ne sont plus obligés de fuir leurs maisons pour dormir dans la forêt par peur des attaques des « dahalo », la nuit. Ils commencent à travailler, à cultiver leur terre et à repratiquer l’élevage. D’après lui, le seuil du tolérance en matière de sécurité est atteint. Cette situation est réelle dans certaines régions comme Itasy. Une situation qu’il faut, selon lui, entretenir afin qu’on puisse se pencher pleinement au développement du pays. Et cela doit se faire à travers la collaboration entre les Forces de l’ordre et la population en général. C’est l’objectif de l’atelier qui a eu lieu à Soavinandriana. Organisé par le Secrétariat permanent à la Défense et à la Sécurité nationale auprès de la Primature, cette rencontre a vu la participation de toutes les autorités concernées par la sécurité depuis le fokontany jusqu’au niveau de la région, des représentants de toutes les forces vives de la région. C’était une plate-forme qui a permis d’exposer les aspirations de la communauté pour voir comment agir ensemble. Faisant partie de la Réforme du Secteur Sécurité, l’Action de coopération civilo-militaire est une façon pour rapprocher l’Armée et la population, souligne le MDN. Les militaires doivent appuyer la communauté dans ses activités quotidiennes. Dans ce sens, le MDN a annoncé le projet de son ministère de s’engager dans les services communautaires, dans l’éducation et l’environnement par exemple. Et cela à travers le service national. La descente du MDN dans la commune rurale d’Ankadinondry-Sakay, dans la région Bongolava est déjà la concrétisation de ce rapprochement de l’Armée malgache avec la population dans le cadre des Actions de coopération civilo-militaire. Il a procédé à la remise officielle des trois tracteurs aux militaires du camp d’Andranganala. Dotation du ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche et des ressources halieutiques, ces tracteurs seront utilisés pour appuyer les paysans de la localité.

T.M.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.