A and C : Saisie des biens pour évasion fiscale de 59 milliards d’ariary

Vers onze heures, hier, un huissier accompagné d’éléments de la gendarmerie a débarqué dans les locaux de l’hôtel A and C à Ivato, le fameux établissement hôtelier appartenant à la tristement célèbre Claudine Razaimamonjy, conseillère spéciale auprès de la présidence du temps de Rajaonarimampianina. Alors qu’elle continue de purger sa peine à la maison centrale d’Antanimora, les biens de son hôtel ont été évacués et transportés dans un camion par un représentant de la loi mandaté pour l’exécution d’une décision judiciaire. Sur les lieux, seuls des membres du personnel de l’hôtel étaient présents durant l’opération. Ce qui a rendu facile le transport des biens après la lecture du mandat. On a appris que la salle de gym a été vidée de tous ses équipements. Idem pour le restaurant et d’autres pièces. Deux voitures figurent parmi les biens saisis dont la luxueuse Ford Mustang du fils de la concernée. Etant donné que cet établissement compte une cinquantaine d’employés, face à la situation ces derniers craignent d’être envoyés au chômage.

Guerre d’huissiers. Hier même, l’établissement a fermé ses portes. En début de soirée, un autre huissier arrive au même endroit mais, cette fois-ci, pour défendre l’intérêt de l’établissement A & C. A la lecture du document légal de son confrère, il a sommé d’arrêter la saisie. L’affaire a connu une toute autre tournure avec, en quelque sorte, un vice de procédure. En fait, on parle de saisie conservatoire et non de saisie tout court, selon ce second huissier. Suivant son point de vue, les biens ne devraient pas être mobilisés, et ce, à titre conservatoire. Tard dans la soirée, la discussion, pour ne pas dire dispute entre les deux huissiers continuait. Une procédure d’opposition serait engagée prochainement par la propriétaire de l’hôtel A & C. Sur cette affaire, on parle de 59 milliards d’ariary de taxe impayée qui aurait généré une amende de plus de 20 milliards d’ariary. La requête est déposée au nom du ministère des Finances et suivant l’application des articles du code général des impôts. Outre Claudine qui croupit déjà en prison depuis presque trois ans, il y a aussi le bras droit de l’ancien président, en la personne de Mbola Rajaonah, qui attend son jugement à la maison de force de Tsiafahy. Décidément, la fin du régime HVM a été un coup dur, très dur, pour les acolytes de l’ancien président.

D.R

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Un Commentaire - Ecrire un commentaire

  1. Anti-économique. Trop d’impôt…tue économie.

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.