Assainissement interne : 89 gendarmes en prison, 3 en attente de leur jugement

Dans le cadre de la mise en œuvre des « velirano » du président de la République et pris comme base de la politique générale de l’Etat, la gendarmerie nationale a ouvert hier la réunion d’évaluation des actions qu’elle a menées durant la première année de la prise de pouvoir de ses actuels hauts responsables. Une réunion d’évaluation qui constitue également une occasion pour le Premier ministre, chef de gouvernement, Ntsay Christian et les membres de gouvernement, et les acteurs de la sécurité publique qui étaient présents à la cérémonie d’ouverture d’hier d’apporter leurs points de vue sur la vie du pays à l’heure actuelle notamment sur ce que le peuple attend des forces de l’ordre, et de la gendarmerie nationale en particulier.

Dissuader les ennemis du développement. Il est à noter que la réunion d’hier a vu la participation des tous les hauts responsables de la gendarmerie nationale à travers le pays. Prenant la parole à cette occasion, le général Richard Ravalomanana, Secrétaire d’état chargé de la Gendarmerie (SEG) a rappelé que cette rencontre est le moment de faire le bilan sur les acquis de la concrétisation des directives imposées l’année dernière. Des mesures qui ont été prises en application du « velirano n°1 » du président de la République, à savoir le rétablissement de la paix et de la sécurité dans les plus brefs délais. Pour ce faire, la recommandation du Président est simple : « la peur doit changer de camp c’est-à dire créer un climat de peur en permanence chez les malfaiteurs et ennemis du développement ». Les gendarmes doivent faire le nécessaire pour réinstaller la confiance des citoyens, des autorités, des membres de la communauté internationale, des étrangers de passage à Madagascar. Dans cet esprit, le général Richard Ravalomanana affirme que cette institution n’accepte pas la gabegie en menant un véritable assainissement interne. Dans cette action, 89 gendarmes indisciplinés ou impliqués dans des affaires louches ont été emprisonnés depuis l’année 2019. Trois sont en attente de leur jugement. Il faut mettre en place un climat de peur pour les  gendarmes malhonnêtes et criminels. A cela s’ajoute le remplacement sans concession des responsables incompétents et qui ne sont pas en mesure d’assumer leur mission en tant que tels. Revenant aux objectifs de la réunion qui a été ouverte hier, le SEG souhaite que les séminaristes observent particulièrement comment résoudre les problèmes récurrents à l’heure actuelle. Portant sur cinq volets, à savoir : la prolifération des armes en circulation (92 ont été saisies l’année dernière et 50 depuis le mois de janvier) ; les grands bandits encore en cavale terrorisent les populations dans certaines régions du pays ; la production et le trafic de stupéfiants ; le menace de l’épidémie du coronavirus ; et enfin, les mesures à prendre pour éviter le décès des gendarmes dans l’accomplissement de leur mission. Que ces problèmes soient étudiés en commission.

T.M.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

2 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. Quid du PRM???

  2. « Le remplacement SANS CONCESSION des responsables incompétents et qui n’ont pas été en mesure d’assumer leurs missions en tant que telles ». Cette déclaration du Secrétaire d’Etat chargé de la gendarmerie, devrait être le leitmotiv envers tous ces  » responsables »- comme à la CENI depuis leurs longues années de  » travail » ( à propos où sont les RAPPORTS , qui devraient être systématiques, ceux FINANCIERS surtout, concernant toutes les dotations , étatiques et DE L’ÉTRANGER, attribuées durant toutes ces élections ?)
    et d’autres au Gouvernement, Parlement, institutions diverses… qui pullulent dans notre pays, SANS RESULTATS PROBANTS.

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.