Kidnapping d’Alek Owne : Un présumé complice abattu par la police à Itaosy, hier

On dirait que les enquêteurs de la brigade criminelle à Anosy ne voudraient pas abandonner l’enquête sur l’enlèvement du jeune Karana, ressortissant français, Alek Owne à Toamasina en 2014. Il est à rappeler que le corps de celui-ci a été retrouvé il y a quelques jours dans un domaine de son chauffeur après six ans de recherche. En début de la semaine dernière, la brigade criminelle de la police nationale à Anosy a pu mettre la main sur des présumés auteurs de cet enlèvement suivi d’un acte de barbarie. Suite à une longue investigation et appuyés, évidemment, par la collaboration de personnes de bonne volonté, les policiers ont réussi à traquer des suspects dans cette affaire. Appelé Didakely, l’un d’entre eux, qui était recherché depuis le début de l’année 2014 en tant que bandit notoire en matière d’attaque à main armée, a été appréhendé à Toamasina. Un avis de recherche à son encontre a été déjà lancé depuis l’année 2014. Et les faits qui lui sont reprochés porte sur plusieurs actes de banditisme.

Depuis, des arrestations se poursuivent et des suspects ont été arrêtés et placés sous mandat de dépôt. Au cours de l’enquête, la police a réussi à délier la langue de Didakely, déjà en détention provisoire. Ce dernier a fini par dénoncer un autre complice dans ce kidnapping. Ayant avoué sa culpabilité dans l’enlèvement d’Alek Owne, il a reconnu également sa participation dans le rapt d’un jeune Karana appelé Luciano à Toamasina. Mais son implication dans ces actes de kidnapping n’a été révélée que depuis le moment où la brigade criminelle s’est enfoncée dans cette affaire. Poursuivant l’enquête, les  limiers de la police sont parvenus à faire cracher le morceau à Didakely qui a avoué l’existence de l’un de ses complices dans la capitale, plus précisément à Itaosy. Nantis de ces renseignements, des policiers de la Brigade criminelle l’ont alors emmené à Itaosy pour traquer ce présumé complice. Sur la route, Didakely a agressé ses accompagnateurs pour tenter de leur fausser compagnie. Pour l’empêcher de s’échapper, les policiers affirment avoir tiré en l’air à plusieurs reprises pour le sommer de s’arrêter, mais le fugitif n’a pas voulu obtempérer tout en poursuivant sa course. C’est pourquoi, les policiers ont été obligés de tirer sur lui. Blessé par balles, il a été emmené d’urgence à l’hôpital. Malheureusement, il a succombé en cours de route. En effet, sa disparition risque d’empêcher de parvenir à l’issue de cette enquête qui devrait, pourtant, permettre d’ouvrir une piste sur les autres affaires de kidnapping de Karana ayant été commises au pays depuis des années.

T.M.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire