Fenoarivobe : Trois civils et un bandit abattus lors d’une attaque d’un village


Alors que le régime actuel a fait sa priorité des priorités dans la lutte contre le banditisme rural, l’insécurité persiste dans les zones reculées où les habitants puisent leurs ressources dans l’élevage de zébus. La population n’arrive pas à trouver de solutions pour se défendre et ce malgré la mise en place de systèmes d’autodéfense villageois qui ne parvient pas à contenir la puissance de frappe de leurs ennemis. Ce qui s’est passé dans le district de Fenoarivobe dans la région Bongolava, dimanche dernier, en est la preuve. Vers 17 heures, 15 bandits de grand chemins ou « dahalo » munis de sept armes à feu ont attaqué le village d’Ambalarano pour mettre la main sur une vingtaine de zébus. Les villageois ont tenté de résister, il s’en est suivi un affrontement qui s’est soldé par la mort des trois civils. Un malfaiteur a été capturé vif. Ayant tenté de s’enfuir, il a été rattrapé par le fokonolona et mis hors d’état de nuire. Selon les informations, cette localité dispose d’une organisation d’autodéfense villageoise regroupant des jeunes connus sous l’appellation de« Zaza Mainty ». Mais dimanche, le jour de cette attaque, ces « Zaza Mainty n’étaient pas sur place, ils étaient retenus ailleurs pour une séance de formation. Les malfaiteurs auraient été informés de cette situation et ont attaqué le bled.

Deux maisons d’habitation brûlées. Encore un acte de banditisme en milieu rural, mais cette fois-ci, il a été commis dans le district d’Anjozorobe, dans la région Analamanga. Samedi dernier vers 20 heures, une vingtaine de dahalo armés de fusils non identifiés ont semé la terreur dans le fokontany d’Ampasika, commune Amboasary-Nord. Ils ont saccagé deux maisons d’habitation qu’ils ont brûlées avant de prendre la fuite. Alertés, les habitants appuyés par des membres de l’organisation d’autodéfense villageoise appelée « Zazamena » (Zazamainty dans le Bongolava) ont tenté de les rattraper. La course poursuite a débouché sur un accrochage armé où un jeune « Zazamena » de 17 ans est tombé sous les tirs des malfaiteurs. Un autre âgé des 19 ans a été blessé. Arrivés sur les lieux après l’accrochage, des gendarmes de la brigade d’Anjozorobe n’ont pu que constater les faits. Il est à noter que quatre étuis de balles de calibre 7,5 mm du lotissement SFI 81 ont été récupérés. A cause de l’incendie de leurs maisons, les habitants sont devenus des sans abris. L’enquête et la recherche des malfaiteurs sont en cours. Jusqu’ici, aucun suspect n’est arrêté.

T.M.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

2 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. Tamin’ny andron’ny Dadanay tsy nisy an’izany mihintsy sady afaka niravaka volamena teny Analakely

  2. A qui profitent les crimes???…. et qui achètent les boeufs volés!!???.. est-ce que les autorités se sont posés les bonnes questions ?…ou…. il y a négligence – par complicité – quelque part!..?

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.