Accrochages armés à Ikalamavony : Des dahalo vengeant la mort de leur chef défient les forces de l’ordre

Cette histoire remonte au 15 juin 2020 quand un individu réputé comme étant un chef des dahalo et commanditaire des actes de banditisme dans le district d’Ikalamavony et d’Ambatofinandrahana est tombé sous les tirs de la gendarmerie alors qu’il tentait de s’échapper. Ancien maire répondant au nom de Ralaivao, dit Ingahivao, le suspect serait le propriétaire d’une carrière d’exploitation de pierres précieuses dans cette localité. Arrêté après des semaines de recherche, il a tenté de s’enfuir suite au refus des gendarmes de se laisser corrompre avec une somme de 8 800 000 ariary pour le remettre en liberté. Cette affaire ne s’était pas arrêtée là parce que des complices de cet individu ont fait des gendarmes leurs ennemis jurés et n’attendent que le moment opportun pour venger la mort de leur chef. Ce qui est arrivé aux 50 gendarmes en mission de sécurisation dans la commune Ambatomainty, région d’origine du défunt, le 7 août 2020, en était la preuve. Ce jour-là vers 17 heures, 50 gendarmes en mission de sécurisation se sont approchés du village d’Andoharano, commune Ambatomainty, district d’Ikalamavony, fief des dahalo où un Havoria (cérémonie traditionnelle en hommage à un défunt) est organisé pendant 40 jours à compter du 08 août 2020, suite à la mort d’Ingahivao. Ils ont été accueillis par des tirs d’armes de guerre et de fusils de chasse de la part de plus d’une centaine de dahalo. Ils ont riposté mais ont dû se replier à cause de l’obscurité et conscients du fait que les dahalo connaissent mieux le terrain qu’eux. Appuyés par des militaires du Centre de formation de commando d’Ambatolaona, les gendarmes ont de nouveau attaqué le village pour le maîtriser, le 9 août vers 11 heures. Les dahalo et habitants se sont repliés dans les montagnes environnantes. Après un accrochage entre les deux camps, les dahalo et habitants se sont repliés dans les montagnes environnantes tout en continuant à faire de l’intimidation par des tirs sporadiques. Selon les informations, des maisons à Andoharano ont été endommagées lors de l’attaque mais aucun dégât corporel n’est à déplorer. Selon toujours les informations, une tentative d’arrestation des quatre fils d’Ingahivao qui ont juré de venger la mort de leur père contre le Lieutenant Officier coordonnateur d’Ikalamavony a été déjà lancée par les forces de l’ordre, le 06 juillet 2020 dans un kizo appelé Taotaondrasija, dans la commune d’Ambatomainty. Ayant échoué, cette attaque a permis aux forces de l’ordre de récupérer un fusil Kalachnikov et des étuis laissés par les dahalo après un accrochage. Ce qui permet de dire que cette bande à Ingahivao n’a cessé de donner du fil à retordre aux forces de l’ordre.

T.M.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.