Assassinat de Danil Radjan : Le « vazaha » sous contrôle judiciaire, ses trois agents MD à Tsiafahy

Vers 10heures et quelques poussières, les éléments de la brigade criminelle ont emmené les quatre personnes accusés du meurtre au premier degré de Danil Radjan. Ils ont tant bien que mal essayé de camoufler leurs visages avec les caches-bouches et des capuches mais les photographes et journalistes l’ont tout de même reconnus. Après le parquet, l’affaire a été instruite par le juge d’instruction. Une enquête qui a pris au moins six tours d’horloge avant que le juge ne prononce sa décision. Les trois agents de sécurité de Cops sont placés sous mandat de dépôt à la maison centrale de Tsiafahy et leur patron mis sous contrôle judiciaire. Une décision qui a anéantie la partie civile. « Nous allons déposer notre opposition demain (aujourd’hui) à la première heure. Il y a de l’injustice et pourquoi pas une justice à deux vitesses dans le traitement de cette affaire. Toutes les preuves sont établies allant des images de la vidéosurveillance, en passant par la pièce à conviction (dont la moto du concerné) pour finir avec les aveux durant l’enquête préliminaire. Nous ne sommes pas du tout satisfaite de cette décision » a  expliqué Me Miadana Ratsimba, l’avocate de la famille de Danil Radjan. Elle a toutefois remerciée les limiers de la brigade criminelle puisque leurs investigations, selon elle, ont porté ses fruits. « Ils ont mis moins d’une semaine pour rassembler toutes les preuves et arrêter les accusés. Nous sommes satisfaits de leur professionnalisme. On parle ici d’un meurtre au premier degré ou encore d’un assassinat et les responsables doivent payer de leurs actes. Imaginer la famille de Danil Radjan, une femme et ses trois enfants qui se retrouve du coup de son mari et de leur père. Tout cela nous motive à aller jusqu’au bout de cette affaire jusqu’à ce que Justice soit faite », selon toujours l’avocate qui invite la justice, à travers sa déposition aujourd’hui, à réviser sa décision.

D.R

 

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

4 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. OH! le gros poisson c’était échappé pour une énième fois du jugement terrestre, le prison était destiné pour les plus démunis. je crois que le bon Dieu garde au moins un œil sur ses bergers.

  2. I Chef vazaha be sous controle judiciaire ,ary izy telo lahy mpanampy avy dia nidoboka eny Tsiafahy ,o re olona a ,manafitohana ary mila mampiteny ratsy ny fiasan’ilay fitsarana ,izao aho va mino ilay filazan’ny olona hoe ny fitsarana gasy dia natao ho an’ny mahantra fa tsy ny manam bola ,grave ary tena grave be e ,aleo mangina fa resaka alika no betsaka .

  3. Izay ilay nolazaiko foana hoe : TOKONY HO FOANANA NY LIBERTE PROVISOIRE eto Madagasikara.
    Io no fialokalofan’ny manam-bola hividianana mpitsara, rehefa foana io tsy misy mpitsara afaka manao risoriso intsony.
    Ny valim-pitsaràna dia tokony mifanentana amin’ny heloka niseho ary ao anatin’ny bokim-pitsaràna ka izay mpitsara mampiahiahy dia mandalo ny conseil de discipline avec révocation

  4. C’est la justice MALGACHE dans tous ses travers ! Ce vazaha n’a que la présomption de culpabilité !

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.