Assassinat de Danil Radjan : Plainte déposée au Parquet de Paris

Me Nicolas Goutx s’est exprimé après son dépôt de plainte.

L’affaire prend maintenant une dimension internationale après la plainte à Parquet déposée par Me Nicolas Goutx, avocat au barreau de Versailles. Chose faite jeudi dernier et l’avocat de renom s’est exprimé sur l’affaire. « La justice française est maintenant saisie. L’intérêt de saisir la justice française est de par la qualité des victimes, car Mr Danil Radjan et son épouse sont de nationalité française » a-t-il expliqué d’emblée. Sur la procédure, il met en exergue l’intérêt d’une enquête miroir : « il devrait y avoir une automaticité entre l’infraction subie à l’étranger et l’action des autorités françaises (…) la procédure miroir est plus qu’une substitution, on attend une collaboration entre les autorités françaises et malgaches, entre les services d’enquêtes. De même, les moyens que peuvent être utilisés par la justice française peuvent se révéler d’une efficacité redoutable et permettre l’avancée de l’enquête à travers une commission rogatoire internationale (…) l’enquête miroir est d’un intérêt facilitateur dans la communication des renseignements entre les instances de poursuite et la victime ». Cet avocat français qui a fait parler de lui en sautant d’une parachute durant la grève des avocats pour faire passer son message entend aller jusqu’au bout dans le traitement de l’affaire. « Une famille anéantie, en grande souffrance, épouse anéantie, un frère qui a été lui-même victime d’une infraction très grave il y a peu de temps. Il y a un mélange entre souffrance et colère dans l’attente de comprendre un mobile pour l’instant inconnu mais nous espérons que la collaboration entre les autorités françaises et malgaches permettra de faire la lumière sur cette affaire. Comprendre le mobile ne veux pas dire accepter, mais pouvoir peut-être envisager de faire le deuil pour la famille éplorée », selon ses dires. A Antananarivo, les deux avocats malgaches Me Miadana Ratsimba et Me Sahalioth ont aussi brisé le silence pour expliquer à la presse leur point de vue. « Nous ne sommes pas du tout satisfaits du non-emprisonnement du principal accusé qu’est Lionnel Lelièvre. Une enquête au fond se déroulera bientôt et nous espérons que toutes les preuves que nous avons entre les mains serviront à charger l’accusé », s’est exprimé Me Miadana Ratsimba. Son collègue, Me Sahaliouth, quant à lui, affirme avoir disposé de toutes les preuves nécessaires. « Les images de la vidéosurveillance et les coordonnées GPS des téléphones portables ont montré les présences des accusés sur les lieux du crime. Outre cela, une expertise via des tests ADN sont en cours et assurée par des français. Nous ne lâcherons pas cette affaire tant que Justice soit faite. Trop de crimes restent sans suite dans ce pays et il est temps de changer la donne et de mettre la lumière sur certaines affaires dont celle qui concerne l’assassinat de Danil Radjan », a-t-il avancé. A l’Hexagone comme dans la Ville de Milles, les défenses de la famille Danil Radjan font bouger les choses. L’enquête au fond promet de voir une toute autre tournure.

D.R

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

3 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. Pourquoi un crime commis à Madagascar doit être juger en France ???

    Un Malagasy qui commet une faute en France est jugé en France pas à Madagascar , il faut revoir tout ça ……

  2. oui trop de crime impunie juge de tulear sans suite ?? brulage de village par les policier?? sans suite trafic d armes sans suite ?? détournement sans suite ?? ect ect ect………sans suite!!!!!!!!!!!!

  3. Madagascar depuis 2009 n’est plus un Etat de droit !!!!!!!!!!!!

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.