Rolly Mercia : Une lourde peine de 44 mois ferme

Consternation pour la famille de Harry Laurent Rahajason, dit Rolly Mercia, à l’annonce du verdict de son procès. L’ancien ministre est condamné à 44 mois d’emprisonnement ferme. Une peine exemptée d’amende, et applicable dès l’annonce du verdict. Le procès qui s’est déroulé la veille a pourtant donné une lueur d’espoir à ses proches lorsque trois de ses présumés complices l’ont déchargé de l’affaire. Mais il a suffi qu’une personne dans les rangs des accusés le tienne pour commanditaire et responsable de la manifestation d’Ambohipo pour que la conséquence soit lourde. Il a été jugé coupable d’atteinte à la sûreté intérieure de l’État. Son avocat entend interjeter un appel dans les plus brefs délais. Sur le plan politique, cette condamnation pourrait signer la fin d’une carrière politique pour l’ancien ministre et non moins conseiller présidentiel durant l’ancien régime. Il a été à deux reprises ministre de la Communication et des Relations avec les Institutions ; et, une fois, conseiller à Iavoloha. Sentant que le terrain politique lui était miné avec l’échec du candidat qu’il a soutenu pour la course à la magistrature suprême, il a décidé en janvier d’annoncer son retrait de la scène politique. Une déclaration qu’il a faite sur les réseaux sociaux et à la radio. Depuis, il s’est éclipsé de l’arène politique. Sept mois plus tard, cette personnalité a attiré toutes les attentions. Non pas pour un retour dans la politique, mais plutôt pour une frasque judiciaire. Sa maison a été perquisitionnée et sa personne arrêtée lorsqu’il a été cité par un certain Félicien comme financier d’une manifestation non autorisée à Ambohipo. Félicien, lui aussi condamné à la même peine que Rolly Mercia, a admis durant son audition par le tribunal correctionnel qu’il était un mercenaire politique. Ses propos ont changé au fil du temps tout comme le contenu de ses témoignages. Mais tout cela a été retenu par le tribunal, condamnant alors les cinq personnes – quatre manifestants et Rolly Mercia – à la même peine de 44 mois. Une décision dure, très dure pour l’ancien ministre, surtout avec son état de santé actuel. Si durant ses quatre mois de détention provisoire, il a vu ses cheveux devenir tout blancs, on pourrait se demander ce qu’il en sera au bout de 44 mois de détention.

D.R

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

2 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. Justice indépendante ;tena hita ny sasany fa minia mikipy eo anolan ‘ny tsy rariny ,tany tan dalàna ao hoe sy ny sisa ,dia inona koa ny manaraka ???? Na ny zaza vao miana miteny sy ny tsy nahita fianarana ary dia efa mahalala izany fitsarana malagasy izany .

  2. Un minable journaleux auteur d’un article de caniveau ! C’est un délit de droit commun et non un délit de presse qu’on se le dise avec des éléments à charge qui ne souffrent d’aucune ambiguïté ! La justice est indépendante et le droit pénal s’applique stricto sensu . Si ces cheveux blanchissent et qu’il a des problèmes de santé , à ce moment il faudrait aussi reconsidérer des cas similaires pour beaucoup de détenus !

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.