Affaire Colisée – plainte contre l’Etat : Le tribunal de référé civil se déclare incompétent

L’affaire «Colisée» a été portée devant le tribunal de première instance hier. Malgré la demande du comité des descendants d’Andriamanjaka, appuyé par quelques organisations de la société civile, pour l’arrêt de la construction du colisée dans l’enceinte du palais d’Antananarivo, l’Etat n’est pas revenu sur sa décision et finalise le chantier. L’inauguration est prévue demain. Les défenseurs et conservateurs du patrimoine et des traditions Merina ont engagé une poursuite judiciaire face à cet acte qu’ils qualifient de “forcing”. Des requêtes en annulation ont été déposées lundi auprès du Conseil d’Etat. Au vu de l’urgence de la situation, l’inauguration des infrastructures étant prévue vendredi prochain, le tribunal a procédé à une assignation à bref délai. « Cette affaire présente un caractère urgent et nous avons constaté plusieurs irrégularités sur le non-suivi des procédures légales concernant une construction d’infrastructure comme le Colisée. L’absence des études d’impacts environnementaux, la violation des textes relatifs à la sauvegarde, la protection et la conservation du patrimoine ainsi que la violation de l’interdiction d’une nouvelle construction surchargeant la colline ont été relevés par la partie civile», a déclaré le Me Raobena Andrianjakarivony, avocat de la partie civile. Les requérants demandent l’annulation du permis de construire et la suspension de l’inauguration prévue ce vendredi. Le juge a rendu son jugement hier dans l’après-midi en déclarant le tribunal incompétent. Les descendants d’Andriamanjaka, le comité national du patrimoine, le comité scientifique ou l’Office national pour l’environnement n’ont pas été consultés depuis le commencement du chantier  et n’ont cessé de hausser le ton. Ces opposants à la construction du colisée dans l’enceinte du Palais de la Reine exigent la démolition de l’infrastructure en question ainsi que la restitution du reste en respectant, les coutumes et les “fady”. «La construction du Kianja Masoandro enfreint l’identité culturelle du palais de Reine, dénature ce patrimoine national et c’est contraire aux us (fady) surtout dans ce lieu sacré qu’est l’enceinte du Rova», dixit Ndriana Rabaroelina, président des descendants royaux de la tribu Merina (Ampanjaka Merina).

Yv Sam

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

3 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. mba mangina sy mipetraha tsara amin’izay rehefa resy e. resy foana ianareo satria tsy misy fitiavan-tanidrazana na dia kely aza

  2. Fa angaha moa misy fitsarana azo hianteherana intsony e ,incompetent ,azo raisina fa tsy mitombona ,izay foana no re rehefa misy fitoriana hiady amin’ny fanjakana .Na ny zaza kely vao miana miteny ary dia mahay ireo teny ireo .

  3. Incompétent, cela veut dire : laisser-faire, circuler il y a rien à voir…

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.