Miarinarivo : Un pasteur de l’Eglise Apocalypse tué durant l’attaque de son domicile

C’est dans un profond chagrin que les habitants de la commune rurale d’Ambatomanjaka, dans le district de Miarinarivo-Itasy, ont appris le décès du pasteur de l’Eglise Apocalypse en service dans cette localité le matin du 11 novembre dernier. Âgé de 52 ans, ce serviteur de Dieu a été tué durant l’attaque de son domicile perpétrée par un groupe d’individus la nuit du 10 au 11 novembre. Selon les informations, cinq bandits munis d’armes blanches se sont introduits de force dans le domicile de la victime dans le village d’Anorankely, dans le fokontany d’Anorambe, de ladite commune. N’ayant pas voulu se laisser faire, le pasteur a tenté d’arrêter les envahisseurs. Il se précipita devant la porte d’entrée de la maison quand des malfaiteurs l’ont assené de coups de sagaie au niveau de son cœur et sa tête. Ayant réussi à pénétrer à l’intérieur, les assaillants ont dérobé une somme de 2 millions d’ariary avant de prendre la fuite. C’était à ce moment que sa femme a pu appeler à l’aide auprès des riverains qui ont tout de suite avisé par téléphone la gendarmerie du poste fixe d’Ambatomanjaka vers 1 heure 45. Débarqués sur les lieux, les gendarmes appuyés par des membres du fokonolona ont engagé la poursuite des malfaiteurs tout en mobilisant le comité de vigilance villageoise. Ce dernier vient d’être redynamisé récemment à travers la formation des quartiers mobiles, à entendre les explications du commandant de la compagnie de la Gendarmerie de Miarinarivo qui n’a pas dissimulé son inquiétude face à cet acte de banditisme. D’après lui, des efforts ont été menés pour rétablir l’ordre et la sécurité dans ce district depuis le moment où il a pris le commandement de cette unité. Parmi cela figure la mise en place de postes fixes dans les zones réputées en matière d’insécurité comme Anorambe. A cela s’ajoute le renouvellement du système d’auto-défense villageoise. D’après lui, cette attaque meurtrière aurait été commise par des personnes ayant des relations avec la victime. L’enquête est en cours.

T.M.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.