Faux commissaire : Procès ce-jour à Anosy

Des policiers suivent avec intérêts le procès de ce faux commissaire.

L’accusé a usurpé le titre de commissaire de police pour faciliter ses actes d’escroquerie. Tous les jours, ce dernier sortait de sa maison en uniforme et brandissait le grade de cinq gallons, soit celui d’un colonel au sein de ce corps hiérarchisé. L’usurpateur connaît le métier comme sa poche, même sa femme et ses proches le pensaient comme étant un véritable policier. Chez lui, durant une perquisition précédant son arrestation à Ambohitsoa, les limiers ont découvert des effets militaires et des armes à feu de fabrication artisanale. Durant son audition, ce dernier a indiqué que d’autres personnes étaient de mèche, notamment dans des actes d’escroquerie et de trafic d’armes. Pour le premier dossier, le mode opératoire était très simple. Il disait être commissaire de police en mesure d’intégrer des éléments dans le corps professionnel moyennant une somme d’argent. Avec la corruption en passe de devenir une culture dans le pays, nombreuses sont les personnes qui convoitent ce genre d’emploi et tombent facilement dans le piège. Ils ont finalement été dénoncés à la police qui a aussitôt ouvert une enquête. Pour le trafic d’armes, trois individus ont été arrêtés pour recel et achat illégal. Les quatre individus croupissent à Antanimora depuis la semaine dernière, à la suite de leur présentation au Parquet. Consternation du côté de certains policiers qui, au vu de la teneur du dossier, pensaient que les criminels méritaient la maison de force de Tsiafahy plutôt qu’Antanimora. Pire encore, le dossier sera jugé en correctionnel ce jour, soit moins d’une semaine après l’arrestation. Cette célérité laisse planer des doutes du côté de ceux qui connaissent le dossier sur le fait que le faux commissaire soit couvert dans ses actes. Usurpations de titre, escroqueries et trafics d’armes, on en saura plus sur cette affaire aujourd’hui.

D.R

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.