Centre hospitalier universitaire (CHU) de Tuléar : Le directeur de l’hôpital déféré au parquet

Depuis bien longtemps, un médecin membre de l’Australian Doctors For Africa (ADFA) a remarqué l’absence de nombreux dons au sein de l’Hôpital Principal de Tuléar. Le partenariat avec l’ADFA date de plus de 20 ans. Le contrôle interne ADFA a commencé timidement en 2017.

Les principaux responsables de l’Hôpital Principal de Tuléar seront déférés au parquet ce lundi 21 décembre. Ils auront à répondre à la justice, du résultat de l’audit du Ministère de la Santé, de l’absence de plusieurs dons au sein du CHU. Le premier responsable, Pr. Andry Riel, Directeur de l’Hôpital, aura à justifier l’absence de matériels constatés qui doivent rester à l’Hôpital pour utilisation courante. Ainsi, ADFA avait doté l’Hôpital-Be de lits, de matelas mais aussi d’un groupe électrogène, à cause des coupures d’électricité intempestives. Le groupe n’était pas à sa place déjà indiquée par des techniciens-électriciens lors de l’audit. Sans compter les antibiotiques, les plâtres, les fils de suture, les produits d’anesthésie, les appareils portables d’échographie. « En fait, tous les dons en question étaient utilisés ailleurs, à l’Hôpital-même » montre le constat d’un huissier de justice, dépêché par le professeur Riel. Le comble, les dons ne sont jamais passés par le contrôle du responsable du patrimoine, qui doit signer l’entrée. Ce remue-ménage et les doléances reçues ont mis la puce à l’oreille du Bureau Indépendant Anti-Corruption (Bianco), venu enquêter aussi. Le Centre Vonjy, financé par l’Unicef, pour recevoir les mineurs victimes de harcèlement sexuel et de violence basée sur le genre, n’est pas touché par le scandale qui ébranle le CHU de Tuléar.

Charles RAZA

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.