Trafic de clandestins : Un passeur comorien arrêté par la gendarmerie à Nosy Be

Les passeurs ont été démasqués in extremis! Dimanche dernier, la brigade de Djamanjary à Nosy Be Hell-Ville a arrêté un Comorien passeur de clandestins avec son complice, un Malgache et le propriétaire d’un bateau à voiles. C’est un ressortissant comorien résidant à Madagascar. Selon les informations, les gendarmes ont reçu des renseignements sur le passage de cet individu dans la ville. Les forces de l’ordre ont  tout de suite procédé à une enquête pour une constatation des faits sur les lieux indiqués. La descente sur terrain effectuée par les gendarmes a porté ses fruits. Ils ont pris en flagrant délit l’individu en train d’emmener quelques passagers clandestins à destination des îles de Comores au bord d’un bateau à voiles dans le port d’Ankify. Le bateau allait passer à Mahajanga pour prendre 14 personnes avant de voyager vers les Comores. Lors de la fouille réalisée sur le Comorien, les gendarmes ont découvert des drogues. Ce passeur a profité du voyage pour emmener du chanvre indien en provenance de Madagascar vers les îles de Comores. D’après les premiers éléments de l’enquête, le Comorien aurait dû être expulsé du pays depuis octobre 2018, d’où la date d’expiration de son passeport. Malgré cela, il circule librement dans la Grande île et exerce illégalement ses activités. Ce dernier a avoué pendant l’enquête, qu’ils sont nombreux à exercer cette activité à Mahajanga, et la plupart ne possèdent pas de passeport. D’autres en ont mais avec leurs passeports expirés. Les passeurs soutirent 4 millions d’Ariary par personne pour le voyage de Madagascar vers Anjouan Comores et vice-versa. Les passeurs prennent comme lieu de départ et d’arrivée, la ville de Nosy Be et celle de Mahajanga. L’enquête continue et l’affaire a été déférée au parquet. Le Comorien est placé sous mandat de dépôt, tandis que le propriétaire du bateau et le Malgache qui l’a accompagné ont bénéficié d’une liberté provisoire.

Yv Sam

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire